TV

LPJ – Brahim Zaibat poursuivi par Jean-Marie Le Pen pour un selfie, il se confie ! (Vidéo)

LPJ – Brahim Zaibat poursuivi par Jean-Marie Le Pen pour un selfie, il se confie ! (Vidéo)

Alors que tout les oppose – l’un est danseur, et connu pour avoir entretenu une relation amoureuse avec Madonna tandis que l’autre a fondé le Front national – Brahim Zaibat et Jean-Marie Le Pen font aujourd’hui les gros titres ensemble. Et pour cause, le député européen a décidé de poursuivre en justice Brahim Zaibat pour une "photo volée", comme explique l’avocat de Jean-Marie Le Pen. Ce lundi, sur le plateau du "Petit Journal", l’ex-compagnon de Madonna s’est expliqué sur le sujet. Non Stop Zapping vous propose de découvrir la séquence.

Brahim Zaibat, ex-compagnon de Madonna mais aussi célèbre pour ses talents de danseur, est aujourd’hui au cœur d’une surprenante affaire. Lors d’un vol entre Paris et Nice, Brahim Zaibat a hérité d'un fauteuil placé derrière celui de Jean-Marie Le Pen. Pendant que ce dernier piquait un somme, Brahim Zaibat en a profité pour immortaliser le moment en prenant un selfie. Après l’avoir précieusement gardée dans son téléphone portable pendant deux ans, Brahim Zaibat a décidé de publier la photo sur la Toile. Diffusé sur les réseaux sociaux à la veille du second des élections régionales, le 12 décembre 2015, le cliché crée le buzz. "Mettez les KO demain en allant tous voter pour préserver notre France fraternelle", a legendé l’ancien compagnon de Madonna alors que le Front national est sorti gagnant du premier tour des régionales.

Brahim Zaibat : "j'étais hyper content"

Visiblement offensé, Jean-Marie Le Pen a décidé de porter plainte contre le danseur. Ce lundi matin, lors d’une audience en référé, les avocats des deux stars se sont entretenus. Selon l’avocat du fondateur du Front national, il s’agirait tout simplement d’une "photo volée" et ainsi, d’une violation caractérisée de la vie privée.

En attendant le jugement qui se déroulera le 10 février prochain, Brahim Zaibat a tenu à clarifier la situation. "Cette photo date d’il y a deux ans maintenant (…) J’ai voulu la poster tout de suite en sortant (de l'avion, ndlr), j’étais hyper content. J’ai appelé mon agent, il m’a dit : ‘Non, non, il ne faut pas faire ça. Ça ne sert à rien de la poster comme ça’", a-t-il expliqué au micro de Yann Barthès, sur le plateau du "Petit Journal" de Canal+. Et alors que Jean-Marie Le Pen réclame 50 000 euros de dommages et intérêts, Brahim Zaibat a assuré qu’il ne pourrait pas répondre à sa demande. "Je ne pourrais pas (le dédommager, ndlr) de toute façon, je ne les ai pas", prévient-il. 

Réagissez à l'actu people