TV

L'Heure des pros : Rost prend la défense de Gérald Darmanin qui dit "la victime, c'est moi" (Vidéo)

L'Heure des pros : Rost prend la défense de Gérald Darmanin qui dit "la victime, c'est moi" (Vidéo)

Dans l'émission "L'Heure des pros" ce jeudi 6 août, le rappeur Rost a pris la défense du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Dans une interview publiée dans le Point ce jeudi 6 août, Gérald Damarnin s'estime être la victime. Tout le tapage médiatique sur les affaires dans lesquelles il est impliqué, les violences policières etc. Il donne une longue interview de 27 questions à l'hebdomadaire. Seules deux questions traitent des affaires, mais c'est suffisant pour en retirer une petite phrase. Gérald Darmanin a-t-il pesé ses mots avant de les prononcer ? Jérôme Béglé, directeur adjoint de la rédaction du Point, invité de l'émission L'heure des pros sur CNews ce jeudi 6 août affirme que oui. L'interview a été réalisée le jeudi 30 juillet et "il a relu ses propos", indique le directeur adjoint de l'hebdomadaire. Dans cet entretien, Gérald Darmanin affirme qu'il a porté plainte contre la personne pour dénonciation calomnieuse et estime lui aussi être victime dans cette affaire. "Il en a marre d'être entouré d'un halo de suspicions", affirme Jérôme Béglé. Et il prononce ces trois phrases : "La victime dans cette histoire, c'est moi. C'est moi dont on salit le nom. C'est à moi qu'on prête des comportements que je n'ai jamais eus."

Rost : "Ça me scandalise"

Une formulation malheureuse qui lui vaut d'être à la une de tous les sites de presse ce jour. Mais pour Rost, rappeur et président de l'association Banlieues actives, cela n'a rien de choquant même si Darmanin "n'aurait pas dû utiliser ce terme-là". Pour le chroniqueur de "L'Heure des pros", cette affaire est "symptomatique de l'époque dans laquelle on vit". "Je pense qu'il faut que chacun revienne à la raison. Accusation ne vaut pas condamnation. Aujourd'hui, n'importe qui qui veut faire tomber n'importe qui d'autre, il suffit juste d'aller porter plainte contre la personne et la personne est détruite. On détruit sa vie. On détruit sa carrière. On détruit sa famille, son entourage", insiste Rost. Le rappeur ne supporte plus "tous ses mouvements qui montent au créneau" dès qu'il y a des suspicions. "Ça me scandalise", conclut le chroniqueur.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people