TV

L'heure des pros : la DRH de Charlie Hebdo exfiltrée de son domicile, témoigne (vidéo)

L'heure des pros : la DRH de Charlie Hebdo exfiltrée de son domicile, témoigne (vidéo)

Exfiltrée de son domicile en raison de menaces jugées sérieuses, la directrice des ressources humaines de Charlie Hebdo a témoigné dans "L'heure des pros" sur CNews ce mardi 22 septembre. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Après des menaces jugées sérieuses, la directrice des ressources humaines de Charlie Hebdo a été contrainte de quitter son domicile. Alors qu'elle assiste actuellement au procès des attentats de janvier 2015 qui se déroule au Palais de justice de Paris, Marika Bret a raconté son exfiltration dans une interview à l'hebdomadaire Le Point. "J'ai eu dix minutes pour faire mes affaires et quitter mon domicile. Dix minutes pour abandonner une partie de son existence, c'est un peu court, et c'est très violent. Je ne reviendrai pas chez moi", a-t-elle assuré. Ce mardi 22 septembre dans "L'heure des pros" sur CNews, la DRH a expliqué pourquoi elle a décidé de rendre cette information publique. "C'est une alerte pour moi. C'est une alerte que je lance dans ce climat de haine. C'est quelque chose qui m'arrive à moi aujourd’hui et qui peut arriver à bien d'autres demain", a-t-elle alerté sur ce "climat de haine qui a des conséquences dont celle-ci". 

"Charlie n'a jamais cessé de recevoir des menaces"

Interrogée sur son quotidien, Marika Bret a expliqué le partager "entre le journal et la salle d’audience du tribunal". "Les personnes que je vois le plus dans mon quotidien sont mes officiers de sécurité", a-t-elle assuré. Un quotidien très pesant qu'elle vit depuis plusieurs années maintenant. Dans un témoignage pour Franceinfo, la DRH a déploré : "Charlie n'a jamais cessé de recevoir des menaces. On est dans cette anormalité-là depuis cinq ans et j'avoue que pendant le procès, c'est particulièrement dur". Marika Bret a de plus indiqué les conséquences du procès avec un "déchaînement haineux qui continue encore et qui se ravive ici pendant le procès". 

 

 

 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people