TV

L'heure des Pros : Jean Roch fait part de son désespoir (vidéo)

L'heure des Pros : Jean Roch fait part de son désespoir (vidéo)

Ce jeudi 26 novembre, Jean Roch était invité sur le plateau de "L'heure des Pros" sur CNews. Face à Pascal Praud, il a exprimé son désespoir et a alerté sur la situation suite aux annonces d'Emmanuel Macron concernant les trois phases du déconfinement.

La pandémie de coronavirus a créé une crise économique sans précédent. De nombreux secteurs sont dans la tourmente et certaines professions meurent peu à peu. Alors qu'Emmanuel Macron a présenté les trois phases du déconfinement, ce mardi 24 novembre, les restaurateurs sont toujours dans l'incertitude. S'ils devraient pouvoir ouvrir vers le 20 janvier, rien n'est encore sûr et ces deux mois de fermeture créent un véritable désespoir pour la profession. Cependant, d'autres font partie des grands oubliés de cette crise sanitaire et économique. Les patrons des discothèque se retrouvent sans ressource depuis le mois de mars et n'ont pas pu réouvrir depuis le premier confinement. Ce jeudi 26 novembre, Jean Roch, roi de la nuit parisienne et tropézienne, s'est rendu sur le plateau de "L'heure des Pros" sur CNews et a fait part de son désespoir à Pascal Praud. 

"Il va y avoir des suicides"

 

Patron de discothèques, Jean Roch a écouté avec attention les nouvelles annonces d'Emmanuel Macron et ne voit pas d'espoir pour sa profession. Il a déploré sur le plateau de "L'heure des Pros" : C'est le désespoir, c'est le désespoir", tout en alertant : "Ces gens sont à bout et ça va très très mal finir. Il va y avoir des suicides." Il a poursuivi, gagné par l'émotion : "Aujourd'hui, les gens se réunissent à Marseille. Je sais que tous mes collègues du village de Saint-Tropez descendent. Ils n'avaient qu'un espoir, c'est pouvoir ouvrir pour Noël à Saint-Tropez. Tout le monde voulait avoir un minimum de travail... quelques heures d'exploitation." Il s'est par la suite interrogé : "Si demain, il y a une dérogation de quatre, cinq jours, entre Noël et le jour de l'an, pour pouvoir travailler, est-ce qu'on va avoir une troisième vague ?" La situation est terrible pour de nombreuses personnes et pour le moment, aucune réponse ne peut leur être apportée.

Par Solène Sab

Réagissez à l'actu people