TV

LGJ – Attentats de Paris : Kevin Razy revient sur les lieux des attentats, dans son quartier

LGJ – Attentats de Paris : Kevin Razy revient sur les lieux des attentats, dans son quartier

Kevin Razy est l’un des humoristes en vogue du moment. Pour le Grand Journal, il a accepté de raconter sa soirée du 13 novembre dernier et de sillonner son quartier, celui touché par les attentats de vendredi dernier. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Moins d’une semaine après les attentats meurtriers qui ont touché Paris et Saint-Denis et ému la planète entière, les hommages continuent d’affluer pour les victimes. En plus des bougies, fleurs et messages de soutien déposés sur chaque lieu visé par les terroristes, certaines initiatives font beaucoup parler. C’est le cas de ce jeune homme, musulman, qui s’est présenté sur la place de la République. Immobile, les yeux bandés, il avait disposé un carton au sol sur lequel était écrit : "Je suis musulman et on dit de moi que je suis terroriste. Je vous fais confiance, et vous ? Alors faites-moi un câlin !" De nombreuses personnes présentes sur la place ont accepté de l’enlacer. Au mois de janvier, la même scène s’était déroulée au Canada après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher.

"Ma mère veut que je me coupe la barbe"

L’humoriste Kevin Razy était le détenteur de la fameuse carte blanche du Grand Journal ce jeudi. Dans cette séquence, un artiste se filme dans son quotidien, comme il le souhaite. Présent au Bataclan pour jouer son spectacle deux jours avant les attentats, il était à l’Apollo Théâtre, soit à quelques centaines de mètres de la fusillade qui a éclaté rue de la Fontaine au roi, devant le restaurant Casa Nostra. "Le jour J (des attentats), j’étais au théâtre et je vais vous montrer où je joue. C’est à 200 mètres de la fusillade, détaille l’humoriste. Tout s’est passé au bout de la rue. Ca fait toujours bizarre. Ca fait plaisir de voir tous les drapeaux." Il passe ensuite voir le barbier du quartier avant de lancer sur le ton de la boutade : "Ma mère veut que je me coupe la barbe, elle a peur que j’ai des problèmes." Il conclue avec la phrase suivante : "Tu vas voir, ce quartier est fort, il est Français, il est uni."

Mardi, il avait déjà publié une vidéo touchante où il appelait "à ne pas céder à la peur". "C’est surréaliste. Mais tu vois, il ne faut pas lâcher l’affaire, disait-il notamment. Faut continuer de fédérer les gens derrière le même drapeau, tu vois. Ce drapeau c’est le nôtre et il ne faut pas le laisser aux extrêmes. Faisons le deuil et remettons nous au boulot."

Réagissez à l'actu people