TV

Les Z'amours : Une candidate révèle son habitude nocturne très coquine (vidéo)

Les Z'amours : Une candidate révèle son habitude nocturne très coquine (vidéo)

Ce mardi 13 août dans "Les Z'amours" diffusé sur France 2, une candidate a particulièrement surpris Bruno Guillon en révélant son habitude nocturne très coquine. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

À en juger par certaines révélations faites dans "Les Z'amours", le jeu télévisé pourrait bientôt être diffusé à une heure un peu plus tardive que le matin… Ce mardi 13 août, Bruno Guillon a de nouveau entendu une anecdote inattendue de la part d'une candidate. Le présentateur télé a accueilli sur son plateau le couple formé par Paul et Henintsoa. Les tourtereaux sont mariés depuis cinq ans et sont les heureux parents d'une petite fille, qui était venue les applaudir dans le public. Malgré la présence de leur enfant, les amoureux ne se sont pas privés de dire la vérité, rien que la vérité, sur leur relation. Au moment des questions posées aux femmes, Bruno Guillon a en effet eu la surprise d'entendre l'habitude originale qu'Henintsoa a prise avant de s'endormir au côté de son époux.

Une grande fan des "citrons"

"Selon votre chéri, qu'y-a-t-il de plus singulier dans votre comportement ?", demande Bruno Guillon à la candidate d'origine tahitienne. Ni une ni deux, Henintsoa décide de la jouer cash et répond avec un sourire en coin : "Pour m'endormir, je suis tripoteuse". Interpellé par cette annonce pour le moins intrigante, celui qui est également animateur radio s'empresse de se rapprocher de la candidate pour lui demander quelques précisions. "Mais vous tripotez quoi ?", s'exclame-t-il visiblement surpris. "Particulièrement les citrons…", explique alors Henintsoa, tandis que Bruno Guillon se garde bien de poursuivre. "Je pense que tout le monde a compris. La décence de l'heure de diffusion de ce programme m'oblige à ne pas rentrer dans les détails", réplique donc la star du programme, avant de se tourner vers les autres candidates pour écouter leurs réponses un peu plus classiques.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people