TV

Les Z’amours : la technique d’un homme pour cacher sa calvitie (vidéo)

Les Z’amours : la technique d’un homme pour cacher sa calvitie (vidéo)

Ce jeudi 9 janvier dans "Les Z’amours", une candidate a dévoilé la technique que son homme utilisait pour qu’elle ne se rende pas compte de son début de calvitie. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Au début d’une relation amoureuse, il est plutôt commun de vouloir se montrer sous son meilleur jour. C’est le cas de Quentin, qui a participé au nouveau numéro des "Z’amours" diffusé ce jeudi 9 janvier sur France 2. Le jeune homme en couple avec Caroline a tenté de lui cacher un de ses complexes lorsqu’ils se sont rencontrés. Face à Bruno Guillon, sa partenaire a expliqué qu’il s’agissait de "sa calvitie", qu’il avait du mal à dévoiler et préférait masquer. "Maintenant il assume complètement", déclare Caroline en évoquant son chéri qui a désormais décidé de raser entièrement les quelques cheveux qu’il lui restait. Ça n’a pas toujours été le cas puisqu’il y a quelques années, Quentin avait pris pour habitude de donner l’illusion d’avoir une masse capillaire plus importante en utilisant une poudre sur son crâne.

Une nouvelle apparence qui plaît à sa dulcinée

"Moi je n’y ai vu que du feu", assure Caroline, avant d’ajouter : "J’ai remarqué quand même que quand il pleuvait, le parapluie était important !" Provoquant les rires de l’animateur télé, la jeune femme poursuit son histoire. "Du coup, il a fini par me l’avouer par message, en me disant ‘est-ce que tu as remarqué une particularité chez moi ?’", se souvient la jeune femme, qui a d’abord paniqué. Honnête, Quentin a alors décidé de la mettre dans la confidence et de lui annoncer qu’il a commencé à perdre ses cheveux vers 19-20 ans. Une bonne initiative puisque Caroline assure qu’elle "le trouve trop beau" malgré son absence de cheveux sur la tête. Bruno Guillon pour sa part a eu de la compassion pour le jeune homme. "Je peux comprendre, ce n’est jamais facile pour un homme le début de perte des cheveux", affirme-t-il.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people