TV

Le témoignage bouleversant d’Ouarda, victime de viols collectifs répétés (Vidéo)

Le témoignage bouleversant d’Ouarda, victime de viols collectifs répétés (Vidéo)

Le magazine Sept à Huit dévoilait dimanche soir le témoignage poignant de Ouarda, une jeune femme victime de viols collectifs pendant deux ans. Elle raconte avec force et un courage bluffant son calvaire et pose des mots sur un phénomène trop courant. Non Stop Zapping vous montre les images.

Ouarda a 14 ans lorsqu’elle rencontre son premier petit ami. La jeune femme, qui dit d’elle-même qu’elle "ne connaissait rien à l’amour", parce qu’on "ne lui avait jamais appris ce que c’était", tombe rapidement sous le charme de ce jeune garçon, de deux ans son aîné. Il lui promet qu’il l’aime et qu’ils passeront leur vie ensemble. Charmée et heureuse qu’on lui dise ces mots "pour la première fois", Ourda tombe sous son emprise. Rapidement, il exige de la jeune femme pour preuves d’amour qu’elle consente à des relations sexuelles avec plusieurs de ses amis. Ils se retrouvent alors dans une cave et la jeune adolescente de 14 ans se retrouve prise dans une tournante. Son calvaire durera deux ans avec des viols collectifs tous "les 4 à 5 jours". Jusqu’au jour où Ouarda, son corps ne tenant plus, décide de relever la tête et de se sortir de son calvaire. Elle raconte tout aux membres éducatifs du foyer dans lequel elle vit, qui l’encouragent à porter plainte. Pour la première fois, elle se sent "fière" d’elle, d’avoir osé dire non et d’avoir osé témoigner. Malgré les menaces de son ancien petit ami et de ses amis, Ouarda poursuit son combat en justice, jusqu’au procès, six ans plus tard. Son ex petit ami est condamné à six ans de prison, un de ses amis à trois ans. Les trois autres incriminés sont relâchés. Ouarda déplore cette décision de justice et le fait que les avocats de la défense aient tenté de la faire passer pour "une fille facile". "Beaucoup, malheureusement, pensent que les personnes qui sont victimes de viols collectifs, c’est parce qu’elles le voulaient bien (…) C’est pas du tout ça, qu’ils viennent dans les caves voir ce que je vivais. Aucune femme au monde ne voudrait être traitée comme ça. Les femmes victimes de ça sont vraiment victimes, ce n’est pas elles qui ont demandé ça ou qui l’ont provoqué.Et on n’a pas les moyens de dire non", dénonce Ouarda. En 2016, près de 16 000 plaintes pour viol ont été déposées. Les instituts de statistiques rappellent toutefois qu’une victime de viol sur dix, seulement, porte plainte après une agression.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people