TV

Le Petit Journal : Le coup de gueule inattendu de Laurence Ferrari (vidéo)

Le Petit Journal : Le coup de gueule inattendu de Laurence Ferrari (vidéo)

Ce lundi 21 décembre, Laurence Ferrari était l'invitée de Yann Barthès dans le Petit Journal spécial Noël. Pour cette occasion, elle a tenu à pousser un coup de gueule face à la caméra. Un discours engagé dans lequel elle témoigne son amour pour la France. Découvrez cette vidéo que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Chaque soir et pendant 10 jours dans le Petit Journal, une personnalité viendra s'exprimer face caméra, pour pousser un coup de gueule, faire le bilan de son année et dire ce qu'elle veut. Ce lundi 21 décembre, c'est la journaliste star d'Itélé qui est venue se prêter au jeu dans l'émission présentée quotidiennement par Yann Barthès sur Canal+. La blonde qui a longtemps animé le journal télévisé de TF1 a visiblement été très touchée par les attentats survenus le vendredi 13 novembre 2015. Lors de ces tragiques événements, elle avait notamment tenu à rendre hommage aux victimes, plus spécialement à cinq de ses collaborateurs du groupe Canal+-Vivendi-Universal qui ont perdu la vie injustement. Pour clore l'année en beauté, la présentatrice du Grand 8 sur D8 n'a pas hésité à faire entendre sa voix en passant un coup de gueule exemplaire contre le nationalisme ainsi que le terrorisme.

"Qui suis-je donc pour aimer rire et chanter ?"

En prononçant un discours percutant et préparé avec soin, Laurence Ferrari a créé la surprise. Elle délivre ainsi un long message de paix et de liberté en revenant sur ses passions, ses origines et ses convictions. "Qui suis-je donc pour aimer rire et chanter ? Danser et virevolter ? Prendre un verre en terrasse avec des copains et aller aux concerts pour écouter du rock, de la pop, du Debussy ou du Ravel ? Qui suis-je pour aimer chiner, flâner, musarder, bouquiner ? Mais aussi pester, râler et argumenter ? Qui suis-je pour tant aimer le gris ardoise des toits de paris ou le gris foncé de ses pavés ou l'atmosphère de ses musées ?" a-t-elle lancé, face aux caméras du Petit Journal

Elle dévoile également ses origines : "Qui suis-je avec ce nom cent pour cent italien, immigrée de la deuxième génération dont les grands-parents sont arrivés en Savoie sans parler un mot de Français, qui m'ont transmis l'amour de la patrie qui les a adoptés ? Qui suis-je pour dire que l'école de la république m'a permis, comme mon père avant moi, d'acquérir l'amour des lettres et d'entendre la beauté mélodique de la langue Française ? Qui suis-je pour aimer autant la liberté, l'insolence et la gaieté ? L'art et les débats d'idées ? La contradiction et les questions clairement posées ? Qui suis-je pour dire que je préfère la caricature à l’obscurantisme, la force des mots à la folie des hommes, la puissance de la tolérance à la bêtise de la haine ? Qui suis-je ? Je suis une femme, Française."

Réagissez à l'actu people