TV

Le Grand Journal : La journaliste transgenre dédramatise après la polémique (Vidéo)

   / 5  
Brigitte Boréale a réagi après la polémique dans le Grand Journal
1
Brigitte Boréale a réagi après la polémique dans le Grand Journal
La journaliste a dédramatisé la situation
2
La journaliste a dédramatisé la situation
Les chroniqueurs ont soutenu la journaliste
3
Les chroniqueurs ont soutenu la journaliste
L'animateur a également parlé de Brigitte
4
L'animateur a également parlé de Brigitte
Brigitte Boréale dans le Grand Journal
5
Brigitte Boréale dans le Grand Journal

Ce mardi, Brigitte Boléare, la journaliste transgenre du Grand Journal s'est expliqué après la polémique survenue ce lundi. Alors que l'association des journalistes LGBT a saisi le conseil supérieur de l'audiovisuel, elle a tenu à dédramatiser la situation. Nous vous proposons de découvrir cette séquence sur Non Stop Zapping.

Alors que "Le Grand Journal" était de retour lundi, l'émission est la cible de critiques depuis son lancement. En effet, les moqueries envers la journaliste transgenre Brigitte Boréale ont fait polémique sur la toile. Pour rappel, Lamine Lezghad avait lâché à sa nouvelle collègue pendant l'émission : "Nous, les mecs, quand on est stressés, une petite (masturbation, ndlr), ça détend. Hein, Brigitte ?" Et il n'était pas le seul à s'être moqué de la journaliste. Ornella Fleury, la nouvelle météo, avait aussi fait une blague sur le sujet : "Bonsoir monsieur-dame...Enfin Brigitte," balance la jeune femme. Avant de poursuivre : "Brigitte, on ne te connaît très peu, et du coup je trouve ça un peu excitant, ça me donne envie de faire un plan à trois." Après ces propos, les internautes se sont insurgés sur la toile. Ce mardi, sur Facebook, l’association des journalistes LGBT (AJL) annonçait avoir saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel.

Brigitte Boréale réagit à la polémique dans Le Grand Journal 

Face à cette polémique, Brigitte Boréale a tenu à s'exprimer dans Le Grand Journal : "Merci à tous ceux qui ont voulu prendre ma défense hier soir (...) mais cool les amis" a-t-elle commencé. Avant de poursuivre "C’était de la bonne vanne entre amis. Ce n’était pas de la transphobie. La transphobie c’est quand on me crache dessus dans la rue et qu’on me traite de travelo dans le métro." De leurs côtés, les chroniqueurs soutiennent la journaliste comme le confie Victor Robert "On te soutient, c’est pour ça que je t’aime bien et c’est pour ça qu’on t’a choisie" avant d’affirmer que les membres de son équipe étaient "tolérants" et qu’il n’y aurait "pas de limite à l’humour" sur le plateau du Grand Journal cette année.

Réagissez à l'actu people