TV

Le Grand 8 : Roselyne Bachelot critique sèchement le passage de Manuel Valls dans ONPC (vidéo)

Le Grand 8 : Roselyne Bachelot critique sèchement le passage de Manuel Valls dans ONPC (vidéo)

Roselyne Bachelot est revenue ce lundi dans le Grand 8 sur le passage de Manuel Valls dans On n’est pas couché. Très critiqué avant la diffusion de l’émission, le premier ministre n’a pas échappé au tacle de la chroniqueuse et ancienne ministre ce matin. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

La semaine dernière, l’annonce de la présence de Manuel Valls sur le plateau d’On n’est pas couché avait largement fait réagir, notamment dans l’opposition. Lors de la séance des questions au gouvernement le député Républicains Jean-Charles Tagourdeau avait ainsi interpellé le premier ministre : "Pensez-vous vous rapprocher de la France qui se lève tôt en allant sur le plateau de 'On n'est pas couché', Monsieur le Premier ministre ? (...) Cette émission, qui ne sert pas la grandeur de l'engagement politique, est peut-être intéressante pour le socialiste Manuel Valls, mais ce n'est surtout pas la place du Premier ministre de la France". Devant les nombreuses critiques, Manuel Valls a donc tenu samedi soir dans ONPC à répondre à ses détracteurs : "Pourquoi je suis venu ? Car je crois très important qu’avec les bouleversements que nous connaissons...qu’il faut expliquer. Je crois à la force de la France qui repose sur la force de son peuple" a-t-il affirmé.

"Une heure et demie à débiter des banalités"

Des propos qui n’ont, semble-t-il, pas suffi à convaincre tout le monde. Ce lundi matin dans le Grand 8, Laurence Ferrari a demandé à ses chroniqueuses ce qu’elles avaient pensé de a performance du premier ministre. Et Roselyne Bachelot en particulier n’a vraiment pas paru convaincue : "Mon avis, c’est que Laurent Ruquier est un très grand professionnel. Il a réussi à nous faire nous coucher à pratiquement 2 heures du matin avec un premier ministre qui fait une interview de pratiquement une heure et demie en débitant des banalités avec un vocabulaire extrêmement pauvre et en ne donnant aucun élément factuel de sa politique. Il y a été sommé un peu par Léa Salamé au bout d’une heure, quand elle lui a demandé des choses substantielles sur sa lutte contre le chômage, et il a été en difficulté. J’ai eu l’impression de quelqu’un qui slalome en évitant toutes les difficultés et c’était ça qu’il voulait. Il a pratiqué une stratégie d’évitement ".

Réagissez à l'actu people