TV

Le Grand 8 – Hapsatou Sy: Son message très touchant pour Jérémy Ferrari (vidéo)

Le Grand 8 – Hapsatou Sy: Son message très touchant pour Jérémy Ferrari (vidéo)

Jérémy Ferrari était mercredi matin l’invité de Laurence Ferrari et de ses chroniqueuses dans Le Grand 8. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’humoriste n’a pas fait le déplacement pour rien puisqu’il a reçu de la part d’Hapsatou Sy une pluie de compliments sur ce qu’il représente ainsi que sur son dernier spectacle. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

C’est l’une des séquences les plus visionnées des derniers mois. Samedi 16 janvier dernier, Laurent Ruquier recevait sur son plateau le premier ministre Manuel Valls. Venu s’exprimer sur divers sujets, le chef du gouvernement s’était surtout retrouvé embarqué dans une joute verbale avec Jérémy Ferrari : "Vous avez dit qu’on était en guerre. Non, non, non, vous, votre gouvernement êtes en guerre, nous on n’est pas en guerre. Nous, on se fait tirer dessus quand on va voir des concerts" avait-il lancé, "Répondez simplement à ça. Comment vous expliquez qu'Ali Bongo se retrouve en tête d'une marche pour la liberté d'expression ? On peut rentrer après dans les détails, car c’est là que vous allez nous perdre, parce que c’est ce que vous faites. On vous pose une question et vous nous perdez".

"Vous avez tellement raison!"

Des propos dans lesquels s’étaient retrouvés beaucoup de Français dont faisait visiblement partie Hapsatou Sy. La chroniqueuse du Grand 8 a en effet profité du passage de Jérémy Ferrari dans l’émission ce mercredi matin pour lui dire toute son admiration : "Quand je vous ai vu chez Laurent Ruquier interpeller Manuel Valls pour dénoncer cette guerre que nous n’avons pas choisi, je me suis dit : ‘c’est un coup monté, c’est théâtral tout ça’, et en fait non, le type que j’ai vu chez Ruquier, c’est exactement le même que j’ai vu sur scène. Vous parliez de la même façon, avec vos tripes, à fleur de peau avec une colère qui transpire et en même temps une envie de révolte face à cette société dans laquelle on vit. ‘On n’a pas choisi cette guerre nous’, c’étaient vos mots au ministre… Vous avez tellement raison ! Sans langue de bois, vous passez du grave au très grave pour finalement atteindre l’inacceptable, l’interdit. Vous vous mouillez, vous quittez votre zone de confort, c’est risqué mais c’est votre choix, c’est votre liberté. (…) Jérémy merci, merci de m’avoir prise en otage le temps d’une parenthèse drôlement inacceptable".

Réagissez à l'actu people