TV

Le Divan : Patrick Poivre d'Arvor très ému en évoquant sa fille décédée (vidéo)

Le Divan : Patrick Poivre d'Arvor très ému en évoquant sa fille décédée (vidéo)

Ce mardi 21 février Patrick Poivre d’Arvor était l’invité de l’émission de Marc-Olivier Fogiel, "Le Divan", diffusée sur France 3. Le journaliste a offert un grand moment d’émotion, lorsqu’il n’a pu retenir ses larmes, en voyant une interview de sa fille Solenn, décédée en 1995. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Marc-Olivier Fogiel reçoit chaque semaine une personnalité qu’il allonge sur son divan, afin de recueillir ses plus intimes sentiments. Ce 21 février, c’est Patrick Poivre d’Arvor qui s’est prêté au jeu, revenant sur les moments marquants de sa carrière à TF1, en tant que présentateur du journal de 20h bien sûr. Mais l’homme de média s’est surtout longuement étendu sur sa vie privée, évoquant son enfance et plus tard son rôle de père de six enfants. Un rôle qui lui a apporté de grandes joies, mais également d’immenses souffrances. Ayant perdu deux nourrissons, l’un mort-né et l’autre touché par la mort du nourrisson à l’âge d’un an, c’est sur la perte de sa fille Solenn qu’il est revenu dans l’émission de France 3. Atteinte d’anorexie mentale, la jeune femme avait mis fin à ses jours, en 1995, alors âgée de 19 ans.

"C'est vraiment injuste"

Patrick Poivre d’Arvor avoue "penser tous les jours à elle" et n’a pu retenir son émotion devant une vidéo de sa fille, la montrant évoquer sa relation épistolaire avec son père et l’amour qu’il lui portait. Les images remontent à 1994, un an avant sa mort, et avaient été tournées sur le plateau de Mireille Dumas. Quand le journaliste reprend la parole c’est pour déclarer spontanément "Elle était vraiment très belle Solenn…" et de poursuivre sur l’injustice de voir ses enfants partir avant soi "C'est vraiment injuste, tellement peu dans l’ordre naturel des choses que les cadets partent avant les ainés, c'est tellement dégueulasse qu'on peut avoir beaucoup de réactions et j'en ai eues beaucoup depuis." PPDA lui dédiera deux livres à sa fille Lettres à une absente en 1993 et Elle n’était pas d’ici en 1995. Après sa disparition il créera l’association "La Maison de Solenn" qui accueille, dans un environnement adapté, des personnes atteintes d’anorexie. 

Par Camille Esnault

Réagissez à l'actu people