TV

Laurence Ferrari choquée par les propos de Ségolène Royal sur la liberté d’expression (vidéo)

Laurence Ferrari choquée par les propos de Ségolène Royal sur la liberté d’expression (vidéo)

La journaliste Laurence Ferrari recevait Ségolène Royal dans La Matinale de Cnews ce lundi 16 novembre. Et elle n’a pas caché son désaccord suite aux propos de l’ancienne ministre sur la liberté d’expression et le droit de caricaturer. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Ce lundi 16 novembre, Laurence Ferrari recevait Ségolène Royal dans La Matinale de Cnews. Ensemble, elles évoquent les menaces qui ont visé la jeune Mila. Mais les propos de l’ancienne ministre de François Hollande surprennent la journaliste. Ségolène Royal revient alors sur les déclarations d’Emmanuel Macron lors des funérailles de Samuel Paty, "Je suis pour le respect des cultures, des civilisations mais je ne vais pas changer mon droit parce qu’il choque".

Si elle est d’accord avec le président de la République, elle nuance ses propos : "Je pense qu’il a fait un erreur (…) parce qu’il a dit ‘Je vais continuer avec les caricatures’. Non, un chef d’Etat ne continue pas avec les caricatures, il continue avec la liberté d’expression, il ne continue pas avec les caricatures qui blessent des millions de personnes à travers le monde (…) ça c’est de la responsabilité des auteurs de la caricature. Donc il faut faire très attention à ne pas déraper, à ne pas franchir la ligne du droit".

"C’est toujours ‘Oui mais’ !"

"L’équilibre du droit doit être respectée" déclare Ségolène Royal. Laurence Ferrari lui demande alors si elle soutient la liberté d’expression. "Pleinement mais elle est limitée par l’interdiction d’injures publiques" lui répond la femme politique. "C’est toujours ‘Oui mais’ !" s’exclame alors la journaliste visiblement lassée par les réponses. Ségolène Royal évoque la devise française "Liberté, égalité, fraternité". Puis elle ajoute, "Je ne suis pas pour l’interdiction des caricatures, je ne suis pas pour cautionner, pour dire que les caricatures c’est bien. Il y a la liberté d’expression mais les tribunaux sont là quand il y a un dérapage de la liberté d’expression".

Ségolène Royal continue et déclare que certaines caricatures peuvent être "insultantes", "je comprends que certains se sentent insultés par ça y compris les musulmans qui ne sont absolument pas ni intégristes ni radicaux ni rien du tout". Laurence Ferrari ajoute donc sur un ton qui en dit long que Samuel Paty "est mort pour ça, pour avoir juste expliqué ce qu’était la liberté d’expression et avoir remontré les caricatures". Ségolène Royal n’est pas d’accord, "il est mort parce qu’il y a des terroristes, des cinglés, des fous furieux qui l’ont massacré, ce n’est pas pareil".

Par Non Stop People TV

Réagissez à l'actu people