TV

Laurence Boccolini revient sur son difficile passage dans On n'est pas couché (vidéo)

Laurence Boccolini revient sur son difficile passage dans On n'est pas couché (vidéo)

Au micro de Sud Radio ce lundi 14 septembre, Laurence Boccolini est revenue sur son passage dans "On n'est pas couché" en 2008 dont elle garde un très mauvais souvenir. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

A l'occasion de son passage sur Sud Radio ce lundi 14 septembre, Laurence Boccolini est revenue sur sa pire expérience télévisuelle. Ce mauvais souvenir remonte à mars 2008 où l'animatrice sortait un roman racontant son combat pour avoir un enfant. Pour en faire la promotion, elle était venue sur le plateau de "On n'est pas couché". Seulement, Laurence Boccolini a vite regretté en constatant l’accueil qui lui avait été réservé. Face aux virulentes critiques, l'animatrice n'avait pas su retenir son émotion. "Et après on passe un coup de fil ? On fait quoi ? On pleure ?", l'a interrogée le journaliste Gilles Ganzmann. "Oui, on pleure, on pleure encore même maintenant. Mais non ; personne ne vous passe de coup de fil et vous ne passez pas de coup de fil", a assuré l'animatrice. 

"Ca avait laissé une très grosse trace"

"D'abord, vous n'êtes pas en état, c'est une chose qui vous arrive devant des millions de gens, c'est compliqué. Vous vous dites qu'on va vous appeler et qu'on va s'excuser parce que c'est quand même grave ce qui vous arrive. Et puis j'ai eu tendance à mettre un chapeau au-dessus, c'est-à-dire que j'ai reçu des centaines de messages de gens connus, pas connus... qui m'ont appelée en me disant 'On était fasciné par l'horreur de ce qui se passait'", a poursuivi Laurence Boccolini sur ce qu'il s'est passé après l'émission. Mais des années après, l'animatrice est restée marquée par cette expérience. "J'ai décidé, comme je fais beaucoup, de dire 'C'est arrivé, ça ne m'a pas fait mal'. Et puis c'est sorti quelques années plus tard où je me suis aperçu que ça avait laissé une très grosse trace. Et (...) je me dis qu'aujourd'hui, si ça arrivait ; je me lèverais, je m'en irais, je ne me laisserais pas défoncer comme ça. Parce que c'est ce que j'ai laissé faire. Je ne me suis pas respectée ce soir-là", a-t-elle confié. 

 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people