TV

La quotidienne : Une question surprenante provoque le fou rire sur le plateau (vidéo)

La quotidienne : Une question surprenante provoque le fou rire sur le plateau (vidéo)

Ce vendredi 19 avril dans "La quotidienne" diffusé sur France 5, les présentateurs ont posé une question surprenante qui a beaucoup amusé le reste de l'équipe. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Dans l'émission "La quotidienne" diffusée sur France 5 ce vendredi 19 avril, les présentateurs Maya Lauqué et Thomas Isle ont ouvert les devinettes. Pour apprendre des choses surprenantes de manière ludique, rien de mieux qu'un petit jeu de question-réponse. C'est ainsi que les animateurs télé ont demandé à leurs chroniqueurs s'il était légal de "mettre un médicament laxatif dans la boisson d'un copain pour lui faire une bonne blague ?" Le moins que l'on puisse dire est que la journaliste a été quelque peu interloquée. "Mais qu'est-ce qui t'as pris Gérard [Michel, NDLR] de poser cette question ?", s'exclame-t-elle en riant et en s'adressant au chroniqueur spécialiste des questions juridiques. "C'est des blagues de carabins ça !", ajoute-t-elle avec humour. "On a toujours le droit de rire", affirme Gérard Michel, visiblement piqué au vif par le tacle de la figure emblématique de l'émission.

Une blague qui peut coûter "quelques dizaines d'euros"

Reprenant leurs esprits, les trois chroniqueurs se sont empressés d'estimer à l'unanimité que cette plaisanterie, outre son mauvais goût, est interdite par la loi. "On est à la limite de l'empoisonnement", "ça peut être très dangereux", "imagine que le gars va à un entretien d'embauche le matin", "j'espère que l'on n'a pas le droit parce que sinon c'est quand même grave parce que ça peut causer des désordres fâcheux", s'indignent à tour de rôle les trois chroniqueurs télé. Ces derniers ont vu juste puisque l'avocat honoraire à la cour, spécialiste en droit social et pénal a affirmé : "On n'a pas le droit !" avant de préciser que "ce n'est pas un empoisonnement". Expliquant que les risques encourus pour un tel geste sont de recevoir une "contravention de deuxième classe", Gérard Michel ajoute : "Alors pour quelques dizaines d'euros, ça vaut peut-être le coup de faire rire les amis !"

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people