TV

Jouer à tuer Emmanuel Macron : Camille défend son escape game polémique (Vidéo)

Jouer à tuer Emmanuel Macron : Camille défend son escape game polémique (Vidéo)

A Toulouse, un escape game propose dans un de ses scénarios de tuer Emmanuel Macron. Camille, la gérante, défend son commerce qui fait polémique. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

Un escape game est comme son nom l'indique un jeu dans lequel il faut dénouer une intrigue pour trouver la sortie. Les joueurs sont en général enfermés dans une ou plusieurs pièces et doivent trouver des indices, prendre des décisions pour faire avancer le jeu. Chaque partie est scénarisée et propose plusieurs options finales. Dans l'escape game de Camille, à Toulouse, un des scénarios propose de tuer Emmanuel Macron. Le joueur se trouve dans la peau de personnes parties à la recherche du président de la République, enlevé par des anarchistes. La mission consiste en le retrouver et décider de son sort. Dans la salle finale du jeu, on découvre sur une chaise, un pantin ligoté au visage amoché... et qui ressemble traits pour traits à Emmanuel Macron.

Camille assume totalement son scénario

Camille, la gérante du lieu, se défend de vouloir faire polémique. Mardi soir sur Cnews, cette ancienne Gilet jaune ne comprend pas les critiques qui taxent son escape game "d'incitation au meurtre". "Un escape game, c'est un jeu, une fiction. C'est comme si on regarde un film ou qu'on joue à un jeu vidéo", tente de justifier la propriétaire du lieu. "Il y a une option dans votre jeu c'est de tuer le président de la République. Je trouve cela extrêmement choquant", commente une chroniqueuse de l'émission Soir Info. "Il s'agit de la personne qui gouverne la France et cette désacralisation permanente de la fonction présidentielle m'agace", continue-t-elle. Camille, elle, ne voit pas ce qu'a de sacré Emmanuel Macron et campe sur sa position. Les chroniqueurs et le présentateur Julien Pasquet auront beau essayer de la raisonner et de lui faire comprendre que c'est la fonction qui est sacrée, pas la personne, rien n'y fait.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people