TV

Jean-Pierre Castaldi pousse un coup de gueule : "Première Compagnie m'a coûté ma carrière au cinéma"

Jean-Pierre Castaldi pousse un coup de gueule : "Première Compagnie m'a coûté ma carrière au cinéma"

Invité du Grand Show, Jean-Pierre Castaldi a évoqué l'évolution de sa carrière. D'après lui, il est victime d'un boycott du cinéma français depuis sa participation à l'émission de télé-réalité Première Compagnie en 2005. Le père de Benjamin Castaldi assure qu'il ne regrette rien et rencontre aujourd'hui un grand succès au théâtre.

Ce mardi 9 juin, Jean-Pierre Castaldi et Florian Hessique étaient les invités du Grand Show sur Non Stop People, pour parler de la série A votre service diffusée sur MCE. Le père de Benjamin Castaldi en a profité pour revenir sur l'évolution au cours de sa carrière au cours de ces dernières années, expliquant pourquoi on ne le voyait plus à l'affiche de films français depuis un moment.

"Première Compagnie m'a coûté ma carrière au cinéma"

En 2005, les téléspectateurs français découvrent une nouvelle émission de télé-réalité : Première Compagnie. Le principe est simple, les candidats (des personnalités) doivent s'adapter au mieux à la vie militaire. Le gagnant est désigné grâce aux votes du public après 7 semaines, il remporte la somme de 100 000 euros pour l'association qu'il représente. Jean-Pierre Castaldi fait alors parti des candidats, aux côtés notamment de Nathalie Simon (gagnante de l'émission), Vincent Moscato ou encore Hélène Rollès.

Dix ans plus tard, Jean-Pierre Castaldi assure "assumer totalement" avoir participé à cette émission de télé-réalité. Il explique : "J'avais un fils qui était devenu une vedette incontournable. Remettez-vous à l'époque quand Benjamin a fait Loft Story, je ne pouvais pas dire 'Moi Jean-Pierre Castaldi je ne fais pas la première compagnie'." Mais, selon lui, les gens n'ont pas mesuré à quel point il s'agissait pour lui d'un véritable défi : "En même temps, il y a quelque chose qui n'a pas été très axé c'est que j'ai fait mon service militaire à 60 ans. J'avais 60 ans quand j'ai fait la Première Compagnie. J'avais pas 50 ans, j'avais 60 ans c'est-à-dire que pour le parcours du combattant, j'avais 60 ans. Donc pour moi ça a été un challenge, qui n'a été relevé par personne."

Ce qui énerve davantage Jean-Pierre Castaldi, c'est que suite à cette participation, des portes se sont fermées pour lui. "On m'a reproché de l'avoir fait, très bien. Ca m'a coûté ma carrière au cinéma, tant pis. Je n'ai plus tourné après. [...] Depuis 2000, je n'ai pas tourné en France. Après Astérix, 10 millions d'entrées, 37 millions à l'international, je n'étais pas trop mauvais dans le film je crois, enfin j'étais pas mal. On m'a reproché probablement Fort Boyard et La Première Compagnie, oui. C'est quand même le comble quand on voit qui fait du cinéma aujourd'hui, c'est-à-dire qu'ils vont les chercher encore plus bas."

Si ce "boycott" du cinéma français est décevant pour le comédien, il précise tout de même qu'il est très heureux et rencontre le succès au théâtre. Il annonce d'ailleurs qu'il s'apprête à passer un an en Belgique pour la création d'une pièce.

 

Réagissez à l'actu people