TV

Jean-Luc Delarue - Ses anciens collaborateurs se confient sur ses problèmes de drogue : "Il voulait qu'on lui dise stop"

Jean-Luc Delarue - Ses anciens collaborateurs se confient sur ses problèmes de drogue : "Il voulait qu'on lui dise stop"

Trois ans après la mort de Jean-Luc Delarue, D8 a rendu hommage à l'animateur-producteur en lui consacrant une soirée spéciale. En première partie de soirée, la chaîne a diffusé un documentaire inédit intitulé Jean-Luc Delarue, 3 ans déjà. Dans ce reportage, les anciens collaborateurs du présentateur de Ca se discute ont évoqué ses problèmes de drogue.

Ce jeudi 17 septembre, D8 diffusait un documentaire hommage à Jean-Luc Delarue. Dans ce reportage, les proches de l'animateur-producteur décédé en 2012 ont évoqué sa vie et sa carrière. Parmi ces témoignages, les téléspectateurs ont pu découvrir celui de Jean-Baptiste Claverie, producteur et directeur général de Réservoir Prod. Peu avant la diffusion de Jean-Luc Delarue, 3 ans déjà, ce dernier était l'invité d'Anne-Sophie Lapix dans l'émission C à Vous. L'homme s'est alors confié sur son ancien patron : "Dans ce personnage, il y avait un aspect très puissant, très charismatique. C'était quelqu'un qu'on avait envie de suivre. Puis il y avait aussi un homme très fragile et à travers cet homme fragile, il y avait des accès qu'on connait, la drogue, l'alcool etc... Et puis parfois la tyrannie dans le cadre de son entreprise. Quand le boulot n'était pas bien fait, il pouvait être cassant et odieux."

"Il voulait que ça s'arrête. Il voulait qu'on lui dise stop"

Dans ce documentaire, dans lequel on retrouvait notamment le témoignage de l'animatrice Evelyne Thomas, les proches collaborateurs de Jean-Luc Delarue ont également évoqué ses problèmes de drogue. Ils se souviennent en effet que le comportement du présentateur de Ca se discute devenait ingérable. Ils précisent tous que bien qu'ils avaient conscience que l'animateur se droguait et que sa consommation était de plus en plus importante, ils n'en avait jamais parlé avec lui frontalement. "C'était un peu le secret de famille en fait à Réservoir. C'était le truc dont on se parlait entre nous, qu'on n'abordait pas frontalement avec lui. C'était pas simple, parce qu'il fallait gérer son émotivité, ses angoisses" raconte Eve Ewing, directrice du développement. Une autre collaboratrice de Jean-Luc Delarue explique qu'ils n'en parlaient qu'à "demi mot" avec lui. Elle se souvient ainsi lui avoir fait remarquer qu'il avait quelque chose sur sa veste, en lui demande si c'était des cendres, alors qu'il s'agissait de restes de cocaïne : "Bah non Steph, je ne fume plus depuis 5 ans !" lui avait répondu l'animateur. "Qu'est-ce qu'il voulait là ? Que je lui dise 'Bah alors c'est quoi ?' [...] Non, on n'en parlait pas."

Mais, lorsque la police a fini par intervenir au domicile de Jean-Luc Delarue, ce dernier a expliqué à son équipe qu'il n'attendait finalement que ça : "Il était extrêmement soulagé. Il nous a dit 'Mais je vous jure, quand les flics sont venus à la maison je leur ai ouvert la porte, j'étais soulagé. [...] J'ai ouvert mes tiroirs, je leur ai montré tout. Tout ce qu'il y avait, partout.' Il voulait que ça s'arrête. Il voulait qu'on le fasse choper. Il voulait qu'on lui dise stop" explique ainsi Eve Ewing.

 

 
Réagissez à l'actu people