TV

Jean-Jacques Bourdin : Son coup de gueule contre les ministres (Vidéo)

Jean-Jacques Bourdin : Son coup de gueule contre les ministres (Vidéo)

Jean-Jacques Bourdin s’est lâché dans C à Vous sur France 5 ce lundi 18 mai. Face à l’équipe d’Anne-Elizabeth Lemoine, le journaliste n’a pas hésité à pousser un coup de gueule contre les ministres qui refusent toujours de revenir en plateau pour leurs interviews malgré la fin du confinement. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Anne-Elizabeth Lemoine recevait dans C  Vous Jean-Jacques Bourdin ce lundi 18 mai. A cette occasion, le journaliste n’a pas hésité à s’en prendre à Didier Raoult, qu’il a invité à plusieurs reprises dans son émission : "Je l'ai invité, une fois ou deux, mais comme j'ai vu qu'il ne répondait pas, qu'il n'avait même pas la politesse de répondre à mes messages, je ne l'ai plus invité... C'est très simple ! J'étais curieux, et puis il n'est pas venu, je ne sais pas pourquoi [...] Je ne vais pas me mettre à plat ventre pour Didier Raoult, s'il ne veut pas venir il ne vient pas ! Mais ça aurait été chaud, je peux vous dire que ça aurait été chaud. Je n'ai pas les compétences pour juger de la qualité de l'hydroxychloroquine. Simplement, je me base sur les publications scientifiques, moi c'est tout. J'aurais posé des questions à partir de là". Et en plus de Didier Raoult, les minutes du gouvernement ont provoqué la colère de Jean-Jacques Bourdin.

Jean-Jacques Bourdin en colère

Alors que la France a entamé sa phase de déconfinement la semaine dernière, les ministres d’Emmanuel Macron refusent toujours de revenir en studio et sur les plateaux de télévision pour réaliser leurs interviews. Une situation qui exaspère particulièrement Jean-Jacques Bourdin : "Je suis en train d'essayer de pousser les responsables politiques de la majorité à venir, parce que l'opposition vient en studio maintenant, mais on ne sait pas pourquoi, pas les membres du gouvernement !". Si les ministres veulent instaurer une grande distanciation physique entre eux et la presse, cela n’est pas une bonne chose selon Jean-Jacques Bourdin : "On perd un tiers des questions (...) et il n'y a pas la possibilité de rebondir. Donc ils sont tranquilles, ils sont libres, ils peuvent répondre ce qu'ils veulent, ils font un long tunnel, et nous on est bloqués en essayant de relancer !".

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people