TV

ITélé : Un journaliste agressé en plein direct, il continue son duplex ! (Vidéo)

ITélé : Un journaliste agressé en plein direct, il continue son duplex ! (Vidéo)

Alors qu'il couvrait une manifestation contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, un journaliste d'iTélé a été agressé ce week-end en plein direct. Très professionnel, il va tout de même continuer son duplex. Une séquence que nous vous proposons de découvrir sur notre site Non Stop Zapping.

Les journalistes doivent souvent faire face à des situations particulières pendant les JT. Il y a quelques jours, TF1 a eu droit à un duplex complètement raté avec un journaliste à Londres. Alors qu'Anne-Claire Coudray interroge Olivier Santicchi sur le référendum en Angleterre, ce dernier ne semble pas au courant qu'il est en plein direct. Alors qu'il est à l'antenne, le journaliste parle avec les techniciens et termine de s'habiller devant la caméra. Et alors que les téléspectateurs pensent qu'il commence enfin son duplex, il s'interrompt brusquement et ne parle plus. Au final, Anne-Claire Coudray reprend l'antenne et s'excuse : "Olivier Santicchi qui a donc quelques problèmes techniques. Excusez-nous pour ces petits soucis".

 

"Un geste inacceptable"

 

Ce week-end, c'est un journaliste d'iTélé qui a dû faire face à une situation inédite. Alors qu'il couvrait une manifestation contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Michaël Chaillou ne s'attendait pas à recevoir violemment un projectile en pleine tête. Face aux images, Antoine Genton, l'un des présentateurs présents en plateau, demande aussitôt des nouvelles du journaliste : "Vous êtes en sécurité Michaël ?". Très professionnel, le journaliste préfère continuer son direct plutôt que de rendre l'antenne : "On va reprendre, écoutez. Tout va bien. On va reprendre". A la fin de ce duplex, Antoine Genton reprend la parole et dénonce un acte inadmissible : "Attention à vous. Il reste encore quelques manifestants violents. Vous en avez fait l'expérience il y a quelques instants. Un geste évidemment inacceptable".

 

Réagissez à l'actu people