TV

Heure des Pros : Nadine Morano pousse un coup de gueule contre Olivier Véran (vidéo)

Heure des Pros : Nadine Morano pousse un coup de gueule contre Olivier Véran (vidéo)

Ce mercredi 27 janvier, Nadine Morano était présente sur le plateau de "L'heure des Pros". Face à Pascal Praud, la députée européenne LR a poussé un coup de gueule contre Olivier Véran et sa stratégie vaccinale. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Depuis un an, la pandémie de coronavirus est au coeur de tous les esprits et dicte les comportements. Le "monde d'avant" semble lointain et les Français redoutent davantage de nouvelles mesures instaurées par Emmanuel Macron. Alors que des bruits concernant un troisième confinement font rage dans les médias, le gouvernement a essayé de balayer cette idée ou du moins de repousser l'inévitable. Chaque jour, des milliers de tests sont réalisés sur le territoire national, ce qui permet d'analyser la propagation de la pandémie. Ce mardi 26 janvier, les chiffres des contaminations étaient une nouvelle fois alarmants et le nombre de patients en réanimation a atteint le seuil des 3000 personnes, un triste record qui n'avait pas été dépassé depuis le 9 décembre dernier. Si les tests en masse sont un point essentiel de la stratégie du gouvernement et font la fierté d'Olivier Véran, Nadine Morano n'est pas de cet avis. 

"Les tests ne sont pas gratuits"

Présente dans "L'heure des Pros", ce mercredi 27 novembre sur CNews, Nadine Morano a poussé un coup de gueule contre Olivier Véran, ministre de la Santé. Face à Pascal Praud, la députée européenne LR s'est exclamée : "Quand il dit, les tests sont gratuits en France, mais faut qu'il arrête de dire ça. Les tests ne sont pas gratuits, ils sont financés par la sécurité sociale, c'est-à-dire par tous les cotisants. Alors qu'il arrête de dire que c'est gratuit. Il n'y a rien de gratuit, il y a toujours quelqu'un qui paye". Elle a également tenu à s'exprimer sur la campagne de vaccination et en a rajouté une couche : "Sur les vaccins, quand il est venu à Nancy, je lui ai dit : 'Attendez, l'Union Européenne a commandé et précommandé depuis le mois de juin les vaccins', donc il savait très bien que les vaccins allaient arriver en fin d'année 2020. 'Vous aviez tout ce laps de temps pour mettre en place une logistique sur la politique vaccinale. Qu'est-ce que vous avez fait tout ce temps-là ?'", a-t-elle conclu en déplorant la situation. Une colère que Pascal Praud a tenté de tempérer. 

Par Solène Sab

Réagissez à l'actu people