TV

Forces Spéciales, l'expérience : cet interrogatoire qui suscite le malaise (Vidéo)

Forces Spéciales, l'expérience : cet interrogatoire qui suscite le malaise (Vidéo)

Une séquence du programme "Forces Spéciales : l'expérience", diffusé sur M6 mardi 4 août a laissé les spectateurs pantois. Il s'agit d'un interrogatoire musclé... Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

M6 diffusait mardi 4 août une émission spéciale intitulée "Forces Spéciales : l'expérience". Des inconnus se prêtaient au jeu et essayaient de relever un défi de taille : l'entraînement des Forces Spéciales (FS). Les FS sont une unité d'élite de l'armée française. Elle compte 4 000 hommes. Ces derniers interviennent souvent de manière anonyme dans des missions compliquées telles que des cas de libération d'otages ou l'élimination de djihadistes. Ce sont des militaires triés sur le volet et la sélection est rude. "Le taux de réussite est bas, si un seul candidat sur quinze réussit les tests, on n'abaissera pas les seuils d'admission pour étoffer les effectifs", affirmait le général Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la revue de Défense nationale, à France Culture en mai 2019.

L'instructeur leur met une cagoule sur la tête et les amène

Tous les candidats sélectionnés par M6 pour participer à l'émission avaient donc quelque chose prouver : à eux-mêmes, à leurs parents... En pleine journée, alors qu'ils viennent d'achever une course de 10 kilomètres avec un sac-à-dos de plusieurs kilos sur le dos, les 25 participants se reposent dans une salle de campement. Tout à coup, un des instructeurs vient les chercher, un par un et les amène dehors. "Assis, à genou face au mur". La consigne fait froid dans le dos. Mais la séquence qui suit est encore pire. Dramatisation à l'extrême ? Envie de les mettre en situation de détresse ? De stress intense ? Le fait est que chacun d'eux se retrouve recouvert d'une cagoule et amené dans un lieu secret pour un entretien. On se croirait dans Homeland où c'est une techniques maintes fois utilisée lorsque Carrie se rend à un rendez-vous avec un informateur et/ou un djihadiste ennemi.

La séquence à provoqué de vives réactions sur Twitter. "Vraiment, à chaque fois qu’ils leurs enlèvent la cagoule, on sait pas si ils sont prêts à pleurer, à s’évanouir ou partir en courant", écrit Mathilde. "Ça doit faire flipper quand même l'espèce de cagoule est t'emmène quelque part", commente Aurélien. On veut bien le croire...

 

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people