TV

Flavie Flament responsable du suicide de David Hamilton selon des internautes, elle réagit (Vidéo)

Flavie Flament responsable du suicide de David Hamilton selon des internautes, elle réagit (Vidéo)

Samedi, Flavie Flament était l’invitée Anne-Élisabeth Lemoine dans "C L'Hebdo" sur "France 5". Et bien évidemment, l’ex de Benjamin Castaldi est revenue sur le suicide de David Hamilton, son présumé violeur. Et durant l’émission, elle a confié être accusée sur les réseaux sociaux d’être responsable de la mort du photographe. Une vidéo à retrouver sur Non Stop Zapping.

Cela fait maintenant plusieurs semaines que Flavie Flament est au cœur de l’actu. En effet, elle a sorti son livre, "La Consolation", dans lequel elle révèle avoir subi un viol à l’âge de 13 ans. Si dans un premiers temps, Flavie Flament n’a pas voulu révéler le nom de son violeur, elle a fini par accuser le photographe David Hamilton. Mais ce dernier s’est suicidé il y a quelques jours. Un geste qui a provoqué la colère de Flavie Flament sur le plateau de "C à Vous". "La mort de David Hamilton il y a une semaine est venue saccager une nouvelle fois cette parole qui était en train d'émerger, et le fait qu'on ne pourra jamais lui demander réparation est quelque chose de difficile (…) On nous a volé notre insouciance notre bourreau a préféré fuir ses responsabilités.

"Je suis encore estomaquée de certaines réactions"

Et sur le plateau de "C L’Hebdo", samedi, Flavie Flament a avoué avoir été accusée sur les réseaux d’être responsable de la mort de David Hamilton. "Je suis encore estomaquée de certaines réactions qui voudraient que les victimes aient condamné à mort un homme, un génie, à mort. La culpabilité change de camp. Au lieu de pointer du doigt un homme qui a bousillé la vie de centaines de gamines, on va pointer du doigt les victimes qui ont fait éclater la vérité." Flavie Flament  aussi expliqué ne ressentir aucune culpabilité. "Je trouve que dans ces situations-là, la culpabilité ne doit pas changer de camp. Je trouve qu'il ne faut pas oublier non plus que dans la majeure partie des cas, ce sont les victimes de viol qui mettent fin à leurs jours parce qu'elles ne sont pas écoutées, pas entendues."

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people