TV

Face à France : Cyril Hanouna évoque sa traversée du désert, "J’ai failli abandonner"

Face à France : Cyril Hanouna évoque sa traversée du désert, "J’ai failli abandonner"

Ce mardi 10 novembre, Jean-Marc Morandini recevait Cyril Hanouna pour son nouveau numéro de Face à France. L’occasion pour l’animateur de D8 d’évoquer sa traversée du désert bien avant qu’il ne connaisse le succès avec son émission "Touche pas à mon poste". Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Aujourd’hui à la tête de l’émission Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna rassemble tous les soirs plusieurs milliers de téléspectateurs sur D8. Un succès retentissant qui met en lumière l’échec cuisant de la nouvelle formule du Grand Journal. Sur le plateau de Face à France ce mardi 10 novembre, Cyril Hanouna a évoqué son passage dans l’émission de Canal + dont il ne garde pas un bon souvenir : "J’y suis allé et franchement, je pensais qu’ils allaient être plus sympas avec moi. En fait, j’ai rendu service et après je m’en suis un peu mordu les doigts". Rapidement, l’animateur s’est expliqué : "Ce n’est pas super cool. Ils m’ont mis que des tacles pendant toute l’interview, pendant les magnétos aussi… (…) Moi je viens gentiment là et puis je m’en prends plein la gueule. Je ne me suis pas fait chier, mais honnêtement, je ne me suis pas éclaté".

"Je vendais des blousons en cuir"

Mais si Cyril Hanouna est maintenant invité sur de nombreux plateaux de télévision, ce n’était pas le cas il y a quelques années. L’animateur a connu une période très difficile au cours de laquelle Cyril Hanouna a failli tout plaquer : "Sorti de M6, je m'en rappelle, j'habitais un studio où je captais pas du tout, je sortais vers 19h pour voir les appels que j'avais eu, et tous les jours, je n'avais aucun message. Tout le monde disait que j'étais nul. Aucuns producteurs ne m’appelaient, aucunes chaînes [...] J'ai failli abandonner. Même mes parents me disaient d'abandonner !". Pour survivre, Cyril Hanouna a pu compter sur ses parents qui l’ont aidé à s’en sortir : "Ma mère était obliger de me donner 200 euros par semaine parce que j’avais vendu ma caisse, je vendais des blousons en cuir". Si aujourd’hui le succès est au rendez-vous, Cyril Hanouna n’oublie pas que tout peut s’arrêter du jour au lendemain : "Ça me fait peur, mais j’essaye de ne pas y penser".  

Réagissez à l'actu people