TV

Fabien Lecoeuvre : les vraies raisons de sa brouille avec Michel Polnareff (Vidéo)

Fabien Lecoeuvre : les vraies raisons de sa brouille avec Michel Polnareff (Vidéo)

Ce 15 février, Fabien Lecoeuvre a dévoilé les dessous de sa brouille avec Michel Polnareff. (Re)découvrez ses déclarations avec Non Stop Zapping.

Entre Fabien Lecoeuvre et Michel Polnareff c’est un peu "Je t’aime, moi non plus". Invité sur le plateau de "De quoi j’me mêle", ce 15 février, le chroniqueur de "Touche pas à mon poste" présentait son autobiographie "Une chanson dans la tête", dans laquelle il retrace son parcours et ses rencontres avec les plus grandes stars. L’occasion pour Éric Naulleau et ses chroniqueurs de l’interroger sur sa relation tumultueuse avec Michel Polnareff.

"Pourquoi à la fin du livre, alors qu’il est drôle et burlesque, pourquoi être aussi terriblement violent, parfois injuste, parfois un petit peu mesquin avec Michel Polnareff qui finalement est un génie intégral et total ?", a ainsi tenté de comprendre Yann Moix. Un constat qu'a partagé Fabien Lecoeuvre : "Notre couple c’est un peu je t’aime, moi non plus. C’est-à-dire que l’on s’est déjà disputé violemment en 2006 ou 2007, il voulait presque me tuer”. Voilà qui semble résumer la situation entre l’artiste et l’attaché de presse.

"Il souffre d’un mal-être qui s’appelle la procrastination"

Ce dernier a toutefois souhaité rétablir la vérité. Alors que depuis quelques jours l’interprète de "Lettres à France" l’accuse de ne pas avoir "occupé [ses] fonctions auprès de lui", il a donné sa version des faits dans son livre. "Ce n’est pas parce qu’on est Michel Polnareff (...) qu’on peut laisser dire tout et n’importe quoi. Je pense qu’à un moment donné, il faut dire les choses à celui qui est en face. Il souffre d’un mal-être qui s’appelle la procrastination. C’est sa manière de créer et de défaire le lendemain ce qui a été fait la veille".   

Quelques jours plus tôt, Fabien Lecoeuvre expliquait à Valérie Bénaim dans "C’est que de la télé" :  "Michel Polnareff qui est un garçon sulfureux, dans le bon sens du terme, mais sulfureux quand même, c'est parfois compliqué. On a eu une forme de rupture, il n’y a pas très longtemps. Il se trouve que j'ai permis la vente de ses catalogues d'édition musicale… Ça représente plusieurs millions d'euros et j'ai pas touché ma commission".

 

Par C.F.

Réagissez à l'actu people