TV

Expédition punitive à Ajaccio, une salle de prière musulmane saccagée !

Expédition punitive à Ajaccio, une salle de prière musulmane saccagée !

Après l'agression de deux pompiers et d'un policier dans un quartier populaire d'Ajaccio, plusieurs manifestants ont décidé de se rendre dans ce quartier pour faire justice eux-même. Une salle de prière et un kebab ont été saccagés dans cette expédition punitive. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Les fêtes de fin d’années ont été très mouvementées à Ajaccio. Dans la nuit de jeudi à vendredi vers minuit, un incendie a été volontairement allumé dans un quartier populaire pour attirer les forces de l’ordre et les pompiers dans un "guet-apens". Deux pompiers ont alors été grièvement blessés par des éclats de verre, principalement aux yeux. Après avoir déposé plainte le vendredi matin, les deux jeunes sapeurs-pompiers ont témoigné dans les colonnes de Corse-Matin : "Il faisait sombre. Nous sommes restés dans le camion et notre principale préoccupation était que personne ne puisse monter dedans. D'autant qu'il y avait une femme avec nous sur l'intervention. Je l'ai poussée derrière et j'ai fermement tenu la porte. C'est à ce moment-là que j'ai été blessé", a expliqué l’un des pompiers. De son côté, la femme pompier a confié : "On a tous eu peur. On savait que s'ils pénétraient dans le camion, ce n'était plus la même histoire. Il fallait rapidement sortir du quartier".

Manuel Valls condamne le saccage de la salle de prière

Une agression gratuite, que des centaines de personnes ont violemment condamné vendredi en fin de journée. En soutien aux deux pompiers et à un policier blessé, près de 600 personnes étaient rassemblées devant la préfecture d’Ajaccio et ont reproché au préfet Christophe Mirmand de "n’avoir rien fait au sein de ce quartier pour anticiper l’agression". Par la suite, dans la nuit de vendredi à samedi, des centaines de personnes se sont rendues dans la cité des Jardins de l’Empereur pour une véritable expédition punitive. Scandant "On est chez nous" ou encore "Arabi Fora (les Arabes dehors)", les manifestants sont entrés au hasard dans des halls d’immeuble pour tenter de retrouver les auteurs présumés de l’agression.

Malgré le dispositif policier présent, plusieurs manifestants ont saccagé la salle de prière musulmane tentant de regrouper des exemplaires du Coran pour y mettre le feu : "50 livres de prières ont été jetés sur la voie publique", a expliqué François Lalanne, le sous-préfet d’Ajaccio. Un restaurant kebab a été également été la cible des manifestants en colère. Manuel Valls a condamné dès vendredi soir ces attaques les qualifiant de "profanation inacceptable" : "Corse : après l’agression intolérable de pompiers, profanation inacceptable d’un lieu de prière musulman. Respect de la loi républicaines", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Réagissez à l'actu people