TV

Évacuation de migrants au lycée Jean-Jaurès : Un manifestant tente de voler le micro d’un journaliste d’i-Télé (vidéo)

   / 5  
Un journaliste perturbé par un manifestant pendant son duplex
1
Un journaliste perturbé par un manifestant pendant son duplex
Bruce Toussaint présentait la matinale comme toujours
2
Bruce Toussaint présentait la matinale comme toujours
L'antenne est ensuite passé au journaliste présent devant le lycée Jean-Jaurès
3
L'antenne est ensuite passé au journaliste présent devant le lycée Jean-Jaurès
Il a décrit des heurts entre policiers et manifestants
4
Il a décrit des heurts entre policiers et manifestants
Avant d'être lui-même perturbé
5
Avant d'être lui-même perturbé

Alors qu’il couvrait l’évacuation de migrants du lycée Jean-Jaurès mercredi matin, un journaliste d’i-Télé a été perturbé durant son duplex. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur Non Stop Zapping.

En début de semaine, Non Stop Zapping vous montrait les images de journalistes du Petit Journal insultés et menacés par des militants du Front National durant le défilé du 1er mai. Ils avaient été sommés, sans forme de politesse, de quitter les lieux. La veille déjà, de premières images du chroniqueur politique du Grand Journal Cyrille Eldin avaient été diffusées.

"Est-ce que je peux faire mon travail ?"

Mercredi matin, les forces de l’ordre ont débuté l’évacuation du lycée Jean-Jaurès, en rénovation mais occupé depuis quelques jours par des dizaines de migrants. À leur arrivée, ils ont fait face à quelques centaines de manifestants solidaires du sort des réfugiés et des heurts ont éclaté entre les deux camps. Présent sur place pour i-Télé, le journaliste Antoine Magnan a été sollicité pour décrire la situation en direct peu après 7 heures du matin. "Il y a 45 minutes, deux camps se sont fait face.  D’un côté les manifestants de Nuit debout, explique-t-il. Aux poubelles lancées par les manifestants, les forces de l’ordre ont répliqué avec l’utilisation de gaz lacrymogènes."

C’est alors qu’on entend la voix d’une femme. "Les manifestants ils n’ont rien fait", lance-t-elle avant qu’un homme ne se saisisse du micro de journaliste. "Est-ce que je peux faire mon travail ?", demande dans la confusion l’envoyé spécial avant que l’antenne ne soit reprise en plateau.

Réagissez à l'actu people