TV

Edouard Philippe : cette petite phrase qui n'est pas passée inaperçue lors de son discours (Vidéo)

Edouard Philippe : cette petite phrase qui n'est pas passée inaperçue lors de son discours (Vidéo)

Mardi 28 avril, le Premier ministre Edouard Philippe s'exprimait devant l'Assemblée Nationale pour présenter son plan de déconfinement. Et il y une phrase en particulier qui a fait mouche. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Edouard Philippe est en première ligne. Comme le Président Macron, ses moindres faits et gestes sont épiés et commentés. Tout le monde attendait son discours de mardi 28 avril sur le déconfinement. Les Français pour savoir ce qui les attendait après le 11 mai, les députés pour s'exprimer sur le devenir de la France et les préoccupations de chaque partie politique. Et ça n'a pas manqué ! Mardi, toutes les chaînes de télévision sont passées en édition spéciale pour diffuser le tant attendu discours et les débats qui s'en sont suivi faisant concurrence à LCP La Chaîne Parlementaire qui est la seule en temps normal à diffuser les débats à l'Assemblée Nationale.

EDOUARD PHILIPPE, APPLAUDI PAR LES DÉPUTÉS

Edouard Philippe a annoncé un déconfinement progressif en plusieurs phases à partir du 11 mai. Les écoles comme prévu vont rouvrir avec pas plus de 15 élèves par classe. Pour l'heure, aucune décision n'a été prise pour les lycées. Les entreprises sont encouragées à continuer le télétravail. Les marchés ont le droit de rouvrir dès le 11 mai, pas les cafés ni les restaurants. Le port du masque est recommandé dans les espaces commerciaux et obligatoire dans les transports en commun, taxi et VTC. Enfin il sera possible de sortir faire du sport mais sans contact avec autrui. Il sera aussi possible de se déplacer dans un rayon de 100 km autour de chez soi.

Mais durant ce discours fleuve de près de 2 heures, une tirade du Premier ministre a fait mouche. Debout derrière le pupitre, le regard noir, Edouard Philippe s'en est vertement pris aux réseaux sociaux et aux experts médiatiques invités sur les plateaux télés. Visiblement, les critiques dont le gouvernement est la cible l'énervent beaucoup. "J'ai été frappé depuis le début de cette crise par le nombre de commentateurs ayant une vision parfaitement claire de ce qu'il aurait fallu faire selon eux à chaque instant", a commencé le Premier ministre. Dans les rangs de l'Assemblée s'élève alors des applaudissements. Il continue. "La modernité les a faits passer du café du commerce à la télévision. Les courbes d'audience y gagnent ce que la convivialité des bistrots y perd mais je ne crois pas que cela grandisse le débat public." Une tirade en forme de bazooka qui a a dû en laisser plus d'un sur le postérieur.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people