TV

Dossier Tabou – Le témoignage accablant de la police, complice des trafiquants de drogue (Vidéo)

Dossier Tabou – Le témoignage accablant de la police, complice des trafiquants de drogue (Vidéo)

Lundi soir, M6 présentait son nouveau numéro de Dossier Tabou présenté par Bernard de La Villardière. Après l’islam et la face cachée des Seychelles, le magazine de reportage s’est intéressé aux trafics de drogue, notamment de cannabis. Les journalistes ont recueilli le témoignage accablant d’un policier dénonçant la complicité de la police dans ces trafics. Non Stop Zapping vous fait découvrir cette séquence.

Dossier Tabou, le nouveau magazine d’investigation de M6 promettait de frapper un grand coup lundi soir avec un reportage-choc sur le trafic de drogue en France. Présenté par Bernard de La Villardière, qui n’a pas hésité pour les besoins de l’émission à conduire sous l’emprise de cannabis – le reportage s’est intéressé aux différents modes de trafics et aux raisons qui leur permettent de prospérer dans l’Hexagone. Pour mener à bien leur enquête, les journalistes de Dossier Tabou ont recueilli le témoignage accablant d’un policier qui accuse la police d’être les complices de ces trafics. Selon cet homme, qui a préféré garder l’anonymat, la police escorte régulièrement les trafiquants lorsqu’ils font entrer de la drogue sur le territoire. "Effectivement, on participe à l’organisation du trafic vu que nous, on a accompagné les go-fast de bout en bout, jusqu’au point de déchargement, jusqu’à l’organisateur qui après, lui, va le revendre pour son compte", explique le policier.

"L’Office est complice du trafic"

"C’est non seulement illégal, mais ça laisse planer un soupçon de corruption", poursuit-il. Pourtant, c’est loin d’être le seul exemple que ce policier rapporter. Selon lui, certaines saisies devant être détruites sur décision de justice n’arrivent jamais jusqu’en déchetterie et seraient directement rendues aux trafiquants. Et pour ce faire, les policiers ont une technique bien particulière : ils remplacent les plaquettes de cannabis par… Des savonnettes. "C’est confectionné de la même manière que du cannabis, donc c’est des valises d’à peu près trente kilos. On met ça dans le camion, on va à la déchetterie où c’est détruit, brûlé. Et tout le produit réel de stupéfiant est restitué entièrement à l’organisateur du trafic qui est en fait l’informateur. Là, l’Office est complice du trafic", assure-t-il encore. Mais quand est-il des arrestations ? Les manipulations policières permettent-elles au moins de mettre la main sur les têtes pensantes ? Selon le policier interrogé, non.  "Aujourd’hui, l’Office ne démantèle plus de réseaux, c’est un mensonge. (…) On interpelle trois, quatre personnes maximum. Et derrière on remonte pas".

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people