TV

Covid-19 : Olivier Véran met en garde les jeunes "le virus ne prend pas de vacances" (Vidéo)

Covid-19 : Olivier Véran met en garde les jeunes "le virus ne prend pas de vacances" (Vidéo)

Devant la recrudescence de cas de coronavirus en France et face au relâchement des jeunes, Olivier Véran les met en garde. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

Depuis le début du mois de juillet, l'épidémie de coronavirus repart à la hausse en Europe. L'Espagne a reconfiné une partie de la Catalogne (Lerida, Figueres, Barcelone) et Jean Castex le Premier ministre a fortement déconseillé aux français de s'y rendre en vacances.  En France aussi, la situation inquiète. Il y a entre 400 et 500 clusters a déclaré la semaine dernière le ministre de la Santé Olivier Véran sur France Info. Il a en outre précisé que la plupart avaient deux origines en particulier : le lieu de travail et les réunions familiales. Alors que des médecins déplorent le non respect des gestes barrières, Olivier Véran en remet une couche ce lundi 27 juillet en ciblant plus particulièrement les jeunes.

"On n'a pas encore gagné la guerre"

En effet, les jeunes semblent plus touchés par le Covid-19 à présent que leurs aînés. Alors le ministre de la Santé met en garde dans le Parisien. "Les patients sont jeunes, plus jeunes que lors de la précédente vague. Le taux d'asymptomatiques est, lui, extrêmement élevé. C'est le cas particulièrement en Île-de-France", a prévenu Olivier Véran. Il déplore que les jeunes aient baissé la garde et ne prenne plus la peine de respecter les gestes barrières. "Je comprends parfaitement leur besoin de changer d'air et de souffler, mais le virus, lui, ne prend pas de vacances", continue le ministre. "On n'a pas encore gagné la guerre", conclut-il, reprenant le terme utilisé à maintes reprises par le Président de la république lors de son allocution du mois de mars.

En France, le nombre de tests a fortement augmenté. Vous pouvez vous faire dépister dans des laboratoires, mais parfois aussi sur les bords de plage ou à Paris plages pour ceux qui restent dans la capitale.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people