TV

Covid-19 : les soignants privés de vacances de la Toussaint pour faire face à la seconde vague ? (Vidéo)

Covid-19 : les soignants privés de vacances de la Toussaint pour faire face à la seconde vague ? (Vidéo)

L'AP-HP envisage très sérieusement de ne pas laisser partir ses soignants en vacances pour faire face à un nouvel afflux de malades. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

Il s'agirait d'une mesure "incitative sur la base du volontariat", a indiqué l'AP-HP à l'AFP. Il n'empêche. Les hôpitaux de Paris envisagent de ne pas accorder de vacances de la Toussaint à leur personnel soignant afin de faire face à un éventuel afflux de patients atteints du Covid-19. L'AP-HP afin de compenser ses annulations de congés, revaloriserait les journées travaillées à hauteur de 50%. Les hôpitaux de Paris sont même prêts à prendre des mesures "exceptionnelles", telles que la prise en charge de la garde des enfants pour le personnel réquisitionné.

"La fatigue conduit aux erreurs de soins"

Thierry Amouroux, porte-parole du syndicat national des professionnels infirmiers, est en colère. Interrogé ce dimanche matin par Cnews, il affirme que c'est la deuxième note du genre à circuler. La première note prévoyait que les services puissent passer en 10 ou 12h et que les heures supplémentaires puissent passer à 40 heures par semaine. "Or, le personnel soignant est épuisé", assure le syndicaliste. Outre les patients Covid-19, les soignants doivent gérer les patients chroniques qui ont été mis sur le côté par le fait de l'épidémie. "La fatigue conduit aux erreurs de soins. On ne peut pas continuer comme ça. De plus en plus de jeune soignants quittent les hôpitaux car ils sont dégoûtés de la manière dont il sont traités", ajoute Thierry Amouroux. Un constat amer porté par le syndicaliste qui ajoute que les fermetures de lits dans les hôpitaux continuent malgré les annonces du gouvernement.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people