TV

Couvre-feu : la galère des usagers des transports en commun (vidéo)

Couvre-feu : la galère des usagers des transports en commun (vidéo)

Depuis l’instauration du couvre-feu en France et notamment en Île de France, les usagers des transports en commun connaissent une véritable galère. Avant l’heure fatidique de 21h, ils se ruent pour rentrer chez eux et voyagent bien loin des gestes barrières.

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, de nouveaux gestes sont apparus dans le quotidien des Français. Outre le port du masque au quotidien, il y a les gestes barrières à respecter comme se laver régulièrement les mains, se tenir à distance les uns des autres, ne plus se faire la bise… Avec le développement du télétravail, la distanciation sociale a pu se faire naturellement pendant le confinement, notamment dans les transports en commun. Mais au déconfinement, de plus en plus d’usagers se sont retrouvés dans les transports. Et la mesure de couvre-feu n’a fait qu’amplifier ce problème.

"En période de Covid c’est pas le top"

Dès ce vendredi 23 octobre minuit, 54 départements seront concernés par le couvre-feu entre 21h et 6h. Une mesure que certaines zones dont l’Île de France connaissent depuis six jours maintenant. Et au quotidien, les usagers des transports en commun vivent une vraie galère. En plus de l’heure de pointe qui correspond à la fin de la journée de travail, s’ajoute une nouvelle ruée vers les transports peu avant le début du couvre-feu, soit entre 20h et 21h. Et à ce moment, aucun geste barrière ne peut être respecté.

"Il y a beaucoup plus de monde qu’avant, donc c’est plus compliqué de prendre le métro, les bus sont bondés (…) On est très serrés et en période de Covid c’est pas le top" témoigne une utilisatrice au micro de France 3. La Fédération des Usagers des Transports demande d’allonger l’heure de pointe qui se situe aux environs de 18h. L’objectif, que plus de métro, bus ou encore RER circulent jusqu’au début du couvre-feu afin d’éviter aux voyageurs des trajets bondés les uns sur les autres.

Par Valentine V.

Réagissez à l'actu people