TV

Coronavirus : quel va être le rôle des "brigades sanitaires" ? (Vidéo)

Coronavirus : quel va être le rôle des "brigades sanitaires" ? (Vidéo)

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé la création de "brigades sanitaires", afin de suivre les malades du Covid-19. Comment cela va-t-il fonctionner ? Explications. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

"Des brigades d'anges gardiens", c'est ainsi que le ministre de la santé Olivier Véran a présenté le dispositif que le gouvernement entend mettre en place dès le déconfinement, c'est-à-dire le 11 mai. Plus concrètement, ces "brigades sanitaires" vont avoir un rôle très important. Elles vont permettre de suivre les malades du Covid-19 et d'avertir les personnes qui ont été en contact avec elles pour empêcher la propagation du virus. C'est un peu le même principe que l'appli StopCovid mais en plus humain. C'est ce que l'on appelle du "contact tracing". Ces brigades seront gérées par l'Assurance Maladie.

L'Assurance Maladie en première ligne

Le dispositif s'appuiera sur les médecins généralistes qui auront la charge d'établir une première liste de contacts autour du malade. Cette liste de l'entourage immédiat du patient sera ensuite envoyée à l'Assurance Maladie. Les "brigades sanitaires" interviendront à ce moment-là, "pour vérifier qu'aucune personne potentiellement malade n'ait pu échappé au premier tracing". Entre 3 000 et 4 000 salariés de l'Assurance Maladie devraient être mobilisés dans ces "brigades sanitaires". La question du secret médical se pose. Ces données vont-elles rester fichées ad vitam eternam ? A quoi pourront-elles servir outre le coronavirus ? Les assurances y auront-elles accès ? Autant de questions qui restent pour l'instant sans réponse.

Ce samedi 2 mai, Olivier Véran a par ailleurs annoncé le prolongement de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 24 juillet. Le ministre de la Santé a expliqué que le texte de loi vise à "conforter le cadre juridique" et "l'élargir" pour "y intégrer les enjeux du déconfinement".

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people