TV

Coronavirus : l’amertume des producteurs de masques en tissu (vidéo)

Coronavirus : l’amertume des producteurs de masques en tissu (vidéo)

En pleine crise sanitaire, une pénurie de moyens de protection s’est ressentie, notamment de masques. Pour pallier à cela, des entreprises se sont organisées pour fabriquer des masques en tissu. Avec la sortie du confinement et les commandes à l’étranger, la demande n’est plus là constatent amèrement les producteurs.

La pandémie de coronavirus a créé une crise sanitaire sans précédent en France notamment. Face à la propagation rapide du virus, une mesure de confinement a été déclarée. Les soignants, en première ligne, ont souffert du manque de moyens de protection tels que les gants, le gel hydro alcoolique ou encore le masques. Face à la pénurie de ces derniers, des acteurs du secteur textile se sont mobilisés pour fabriquer des masques en tissu donc réutilisables. Alors que les Français sont déconfinés depuis quatre semaines maintenant, les commandes chutent. La raison, les nombreuses commandes faites à l’étranger à moindre coût pour des produits jetables. Dans un reportage diffusé sur M6 ce vendredi 5 juin, des producteurs expriment leurs regrets.

De nombreuses entreprises se retrouvent avec des stocks d’invendus

Les équipes de reportage de la chaîne M6 se sont rendues dans une entreprise lyonnaise de textile, mobilisée tôt pendant la crise. La société a investi 200 000 euros en machines et recruté du personnel pour produire 10 000 masques par jour. Oui mais, depuis fin avril plus aucune commande n’est passée et la production s’arrêtera fin juin. Jean-Charles Potelle, le PDG du groupe Boldoduc regrette le choix des pouvoirs publics d’avoir appuyé la production de masques au début  de la crise et ne plus la soutenir, "aujourd’hui les fléchages des pouvoirs publics sur les commandes de masques ne sont pas là". Autre problème, les nombreuses entreprises françaises qui se sont mobilisées se retrouvent avec beaucoup de stock d’invendus. Pierric Chalvin, le directeur d’Unitex, l’explique par "l’arrivée massive de produits d’importation, de masques jetables". Il s’estime aujourd’hui avec les autres producteurs "très amers" face aux commandes des collectivités en Asie.

Par Non Stop People TV

Réagissez à l'actu people