TV

Complément d'enquête : France 2 contraint de biper le nom d'un harceleur sexuel (Vidéo)

   / 4  
Complément d'enquête : France 2 contraint de biper le nom d'un harceleur sexuel (Vidéo)
1
Complément d'enquête : France 2 contraint de biper le nom d'un harceleur sexuel (Vidéo)
La victime de harcèlement sexuel a porté plainte contre son ancien patron
2
La victime de harcèlement sexuel a porté plainte contre son ancien patron
Le PDG de ce grand groupe, envoyait des textos à connotation sexuelle à son employée
3
Le PDG de ce grand groupe, envoyait des textos à connotation sexuelle à son employée
La victime de harcèlement sexuel est depuis dépressive, le nom de l'agresseur lui, à été bipé dans le reportage
4
La victime de harcèlement sexuel est depuis dépressive, le nom de l'agresseur lui, à été bipé dans le reportage

Il y a quelques semaines la classe politique française était secouée par un énorme scandale. Denis Baupin a été accusé par plusieurs femmes de son parti politique, de harcèlement sexuels. Alors que l'annonce de la nouvelle a fait un véritable tollé, cette dernière a permis à de nombreuses femmes de briser ce tabou. France 2 diffusait d'ailleurs un reportage sur le sujet ce jeudi 23 juin. Mais le grand patron accusé de harcèlement sexuel a porté plainte, et le reportage a finalement été anonymisé. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Le 9 mai dernier, nos confrères de France Inter et de Media part publiaient les témoignages de huit élues et collaboratrices d'Europe Écologie Les Verts. Dans ces derniers, ces femmes accusent Denis Baupin de les avoir agressé sexuellement, et ce à plusieurs reprises. Une annonce choc, qui a rapidement provoqué un véritable tollé au sein de la classe politique française. Pourtant ces témoignages ont permis à de nombreuses femmes de trouver le courage elles aussi de pouvoir enfin s'exprimer sur ce sujet ultra tabou.

Le PDG d'un grand groupe dans le viseur

Ce jeudi 23 juin, France 2 diffusait un tout nouveau numéro de Complément d’Enquête. Dans ce dernier, les journalistes se sont intéressés au cas d'une ancienne directrice commerciale qui accuse le PDG de sa société de harcèlement sexuel. Et si France 2 a voulu mettre en lumière les actions totalement déplacées de cet homme d'affaires, ce dernier a quant à lui, saisi la justice afin que son nom n'apparaisse pas dans le reportage.

La juge du tribunal de grande instance de Paris a donc expliqué que « le respect de la présomption d'innocence s'oppose à ce qu'une personne soit, sur un reportage d'une dizaine de minutes, publiquement désignée comme coupable des faits faisant l'objet d'une information judiciaire, avant même qu'elle ait pu s'exprimer devant le juge d'instruction sur les faits qui lui sont reprochés. » Le reportage de Complément d’Enquête a donc dû être modifié. En effet, le nom de ce fameux PDG d'un grande groupe de cosmétiques et de coiffure, a donc dû être biper au dernier moment.

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people