TV

Charlie Hebdo : Que devient Lilian Lepère, l'otage caché sous un évier de l'imprimerie de Dammartin ? (Vidéo)

Charlie Hebdo : Que devient Lilian Lepère, l'otage caché sous un évier de l'imprimerie de Dammartin ? (Vidéo)

Il y a tout juste un an, les frères Kouachi attaquaient les locaux de la rédaction de Charlie Hebdo. Deux jours plus tard, les terroristes se retranchaient dans une imprimerie située à Dammartin-en-Goële. Lilian Lepère, employé de cette imprimerie s'était caché lors de cette prise d'otage. Un an après les faits, il s'est confié sur son nouveau quotidien au micro de France Info.

Le 7 janvier 2015, les frères Kouachi s’introduisaient dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo et décimaient ensemble de la rédaction. Deux jours à peine après cet attentat, la fratrie terroriste prend en otage une petite imprimerie située à Dammartin-en-Goële.

Alors qu'il n'a pas eu le temps de s'enfuir, Lilian Lepère, un des graphistes de cette société, a dû se cacher des terroristes afin de rester en vie. Pour se faire, l'employé s’était retranché dans un petit meuble situé sous un évier, et ce pendant plus de huit heures consécutives.

"Une tache sur une page de ma vie"

Invité au micro de nos confrères de France Info ce jeudi 7 janvier, Lilian Lepère s'est confié sur son nouveau quotidien, marqué par ce terrible épisode. « J’ai vécu des événements qui ont transformé ma vie. Juste après les faits, je répétais que ma vie n’allait pas changer. Mais elle a changé. Il y a les flashs qui me parviennent de temps en temps. Les bruits anodins pour les autres mais qui retiennent mon attention régulièrement. Les pensées sombres qui remontent à des moments parfois incongrus comme quand je fais la vaisselle… au-dessus de l’évier forcément. »

Et si avec le temps les cicatrices de Lilian Lepère se referment petit à petit, le graphiste a cependant eu besoin de l'aide d'un psychiatre afin de se reconstruire. « Voir un psychiatre m’a beaucoup aidé. Je ne pensais pas en avoir besoin, mais en fait, ça n’est pas optionnel. J’ai appris à mettre des mots sur tous les sentiments qui me traversent. Des sentiments de tristesse, de stress et de peur diffuse. Ça fait comme une tache sur une page de ma vie. » Depuis Lilian Lepère a quitté son emploi à l'imprimerie de Dammartin-en-Goële. « Trop de cicatrices, trop de souvenirs et aussi trop de peurs. » Le jeune homme a trouvé un nouvel emploi qui lui permet d'avancer, et de faire de nouvelles rencontres.

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people