TV

Charlie Hebdo : les douloureuses confidences des parents de Charb (Vidéo)

Charlie Hebdo : les douloureuses confidences des parents de Charb (Vidéo)

Il y a un an quasiment jour pour jour, la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo était décimée par les deux frères Kouachi. Alors afin d'honorer la mémoire des disparus, de nombreux documentaires ont été tournés pour leur rendre hommage, et aussi pour pouvoir laisser leur famille parler du vide immense laissé depuis leur disparition. France 2 diffusait d'ailleurs ce mardi 5 janvier, un documentaire inédit dans lequel les parents de Charb se sont confiés.

Le 7 janvier 2015 les frères Kouachi pénétraient dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo et semaient la terreur. Après avoir ouvert le feu sur les personnes présentes le bilan est lourd, onze morts dont les célèbres dessinateurs Cabu, Charb et Georges Wolinski. Un an après ce terrible épisode, de nombreux hommages ont été rendus, et seront encore rendus tout au long de cette triste semaine d'anniversaire. Ce mardi 5 janvier France 2 diffusait d'ailleurs un poignant reportage.

Dans ce dernier baptisé Du côté des vivants, les journalistes ont donné la parole aux familles des disparus. Très discrets depuis le décès de leur fils, les parents de Charb sont sortis de leur silence et ont livré de douloureuses confidences sur leur enfant, parti trop tôt. « Dire qu'on s'en doutait, non. Il avait souvent des lettres de menace. Pour lui c'était rien. Il n'était pas inquiet, et nous de ce fait, on ne l'était pas non plus. Peut-être qu'il nous préservait aussi. »

"Peut-être qu'il nous préservait"

D'un naturel très moqueur, Charb était une véritable cible. Chose qu'ont compris les parents de ce dernier, lors de l'incendie des locaux de Charlie Hebdo en novembre 2011. « Le jour où le journal a brûlé on a commencé à se poser des questions. Parce que les gens prenaient tout au premier degrés. »

Encore très attristé par la perte de leur enfant, les parents de Charb n'ont pas hésité à se mettre à nu lors de cette interview. « Le jour il s'est fait tuer, je me dis dit : il y a quelque chose qui ne va pas. Il s'est retrouvé en première ligne. Il voulait se battre contre ça, contre tous les intégristes, ça , ça le minait. »

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people