TV

Charlie Hebdo – Le joggeur blessé par balle sort de son silence "Ce n'était pas Coulibaly" (vidéo)

Charlie Hebdo – Le joggeur blessé par balle sort de son silence "Ce n'était pas Coulibaly" (vidéo)

Le 7 janvier 2015, les frères Kouachi ouvraient le feu dans les locaux de Charlie Hebdo. Le soir même, un joggeur se faisait tirer dessus à Fontenay-aux-Roses, avec l'arme qu'utilisera Amédy Coulibaly lors de la prise d'otage de l'Hypercacher. Un an après les faits, ce joggeur revient sur cet épisode et avoue ne pas avoir eu Amédy Coulibaly en face de lui lors de son agression. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Il y a quasiment un an jour pour jour, les frères Kouachi ouvraient le feu dans les locaux du journal satyrique Charlie Hebdo. Si cet attentat a fortement marqué la population, d'autres agressions ont découlé de cette attaque. En effet, le soir même un joggeur se faisait tirer dessus, alors qu'il courait sur la coulée verte de Fontenay-aux-Roses, en banlieue parisienne. Touché par balle à trois reprises, l'homme se retrouve face à son agresseur, qui pointe son arme à seulement un mètre de son visage. Arme qui servira d'ailleurs à Amédy Coulibaly lors de la prise d'otage de l'Hypercacher deux jours plus tard.

"Je me souviens de la forme du visage"

Un an après les faits, ce pauvre joggeur revient sur cet épisode, et avoue être certain que son agresseur n'était pas Amédy Coulibaly, bien que l'arme soit la même que celle utilisée par le terroriste. « Je vois quelqu'un qui arrive à un mètre de moi et qui me braque. Le flingue est à un mètre de mon visage. Je regarde tout de suite le pistolet en premier. Et ensuite je regarde son visage, ses yeux. 1m75, 1m80, c'était un gars assez galbé, il était massif quand même. Je me souviens de la forme du visage, et de la couleur. Je me souviens que c'est une couleur de peau claire, et pas un noir contrairement a ce qu'on dit. Pour moi ce n'est pas Amédy Coulibaly qui m'a tiré dessus. »

Alors qu'Amédy Coulibaly a été abattu par les forces de police lors de l'assaut donné à l'Hypercacher, l'enquête piétine en ce qui concerne l’identité de celui qui a tiré sur ce joggeur. Possédant l'arme du terroriste deux jours avant cette impressionnante prise d'otage, le nom de cet homme reste donc encore un mystère aux yeux de la police à ce jour.

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people