TV

Charles Berling : son coup de gueule contre le gouvernement en soutien au milieu de la culture (vidéo)

Charles Berling : son coup de gueule contre le gouvernement en soutien au milieu de la culture (vidéo)

Depuis les annonces de Jean Castex, les réactions pleuvent. Charles Berling s’est exprimé sur France 2 samedi 12 décembre et pousse un coup de gueule. Il fait part de son mécontentement pour le milieu de la culture qui voit ses théâtres et cinémas toujours fermés.

Le reconfinement mis en place pour lutter contre la deuxième vague de coronavirus se veut différent du premier. Les écoles restent ouvertes, les dérogations de déplacement plus nombreuses. Mais pas pour le milieu de la culture. Seule lueur d’espoir pour ce secteur, la sortie du confinement le 15 décembre prochain. A cette date était prévue la réouverture des cinémas et des théâtres. De quoi permettre aux artistes de se produire à nouveau sur scène et au public de se rendre dans les salles obscures. Mais lorsque Jean Castex a pris la parole jeudi 10 décembre pour détailler ce déconfinement, la culture a pris sacré coup. Un couvre-feu sera mis en place dès le 15 décembre de 20 heures à 6 heures. Plus d’attestation de déplacement à fournir en journée mais pas de retour au cinéma et dans les théâtres avant le 7 janvier. Une décision qui a beaucoup fait réagir, notamment Charles Berling.

"Elle est fragile cette culture !"

L’acteur qui dirige des théâtres prépare un recours en justice pour demander la réouverture des salles au plus vite. Il s’est exprimé sur France 2 samedi 12 décembre et pousse un véritable coup de gueule contre le gouvernement et les mesures qui fragilisent un peu plus le secteur culturel. "Elle est fragile cette culture ! Et là, tout d’un coup, de la prendre à part et de laisser les autres ouvrir, de laisser les grands commerces, de laisser les cultes et de nous dire ‘Non vous devez fermer’ en arguant que c’est pour la santé de tous… Alors que si vous réfléchissez déjà, nous étions fermés donc s’il y a une recrudescence de l’épidémie forcément, mathématiquement, ce n’est pas nous qui le provoquons" explique le comédien. Il fait ensuite part de la colère qui monte : "J’entends gronder beaucoup le monde de la culture, j’entends beaucoup de désespoir et je crois que ça peut provoquer la semaine prochaine des réactions qui sont moins dociles que jusqu’à présent".

Par Valentine V.

Réagissez à l'actu people