TV

Cellule de crise : Salah Abdeslam aurait un complice toujours à Paris (Vidéo)

Cellule de crise : Salah Abdeslam aurait un complice toujours à Paris (Vidéo)

Cellule de crise, l’émission d’investigation de France 2, était consacrée à Salah Abdeslam, seul terroriste encore vivant des commandos du 13 novembre dernier. De l’attaque à son arrestation quatre mois plus tard, l’émission revient sur son parcours encore plein de zones d’ombre. Non Stop Zapping vous montre les images.

Dimanche soir, France 2 consacrait un numéro spécial de Cellule de crise, son émission d’investigation, à la traque de Salah Abdeslam. Le terroriste, qui faisait partie des commandos qui ont attaqué le Bataclan ainsi que les terrasses parisiennes le 13 novembre dernier, avait pu échapper à la police pendant quatre mois. L’émission, présentée par David Pujadas, est revenue sur son parcours le soir des attentats, sa fuite en Belgique jusqu’à son arrestation quatre mois plus tard et sa mise en détention. Salah Abdeslam, actuellement emprisonné à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, refuse toujours catégoriquement de parler aux enquêteurs.

Pourtant, de sa traque persistent encore de nombreuses zones d’ombre. À commencer par un trou d’une demi-heure, entre 22h et 22h30 le soir des attaques. Alors qu’il devait se faire exploser dans le XVIIIe arrondissement, Salah Abdeslam renonce et abandonne sa voiture sans plus de précautions, au travers d’un passage piéton.

Un complice en liberté à Paris ?

De cet instant à celui où il achètera un téléphone portable, une demi-heure plus tard, personne ne sait rien. "Aucune caméra de surveillance, aucun témoin" ne peut dire ce qu’a fait le terroriste pendant ce laps de temps. On sait qu’ensuite il se rendra dans un fast-food puis attendra ses amis, chargés de le ramener en Belgique, dans une cage d’escalier d’une cité de Montrouge. Un autre flou subsiste, plus inquiétant puisqu’il pourrait être la preuve d’un complice de Salah Abdeslam que personne ne connaît. Le gilet explosif de l’assaillant, retrouvé à Montrouge, n’aurait pas été abandonné par Salah Abdeslam lui-même. "Ce n’est pas lui qui a abandonné ce gilet, il l’a certainement confié à un complice qui s’en est débarrassé quelques jours plus tard. (…) Le gilet est découvert le 23 novembre, il a plu pendant plusieurs jours avant cette découverte et le gilet est sec, intact", explique Pauline Liétar, la réalisatrice du documentaire.

"Autrement dit, le gilet a dû être déposé bien après le 13 novembre, à une époque où Salah Abdeslam aurait déjà quitté Paris pour rejoindre Bruxelles", renchérit le rédacteur en chef, Frédéric Boisset. Se peut-il qu’un autre complice ait échappé à la police ? Tant que Salah Abdeslam gardera le silence, impossible d’écarter cette piste.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people