TV

C à Vous : un sans-abris affirme que la police retire les couvertures aux migrants (Vidéo)

C à Vous : un sans-abris affirme que la police retire les couvertures aux migrants (Vidéo)

Ce mardi 10 janvier Anne-Sophie Lapix recevait sur le plateau de "C à Vous" Christian, 44 ans, SDF. L’homme est revenu sur la polémique lancée par Médecins Sans Frontières le dimanche précédent, confirmant que la police française confisquait, en ce moment même, les couvertures de migrants dans les rues de Paris. Non Stop Zapping vous montre les images.

Ce dimanche 8 janvier Médecins Sans Frontières avait alerté l’opinion publique en twittant les "pratiques inacceptables" de la police qui "confisque les couvertures de migrants des rues de Paris en plein hiver". Bruno Le Roux, récemment nommé ministre de l’intérieur avait rejeté catégoriquement ces accusations accusant MSF de pratiquer le sport national de "mise en cause des policiers" et assuré que ces derniers effectuaient la "mise à l’abri des personnes qui sont vulnérables".

 

"ils chassent les migrants"

 

Ce mardi 10 janvier la première version de Médecins Sans Frontières a pourtant été confirmée sur le plateau de "C à Vous". Anne-Sophie Lapix recevait Christian, 44 ans, sans-abris qui s’est longuement confié sur son expérience dans les rues et notamment sur les agissements des forces de l’ordre qui "quand ils les chassent, piquent les couvertures des migrants". Il ajoute que lui est bien content d’avoir ses couvertures par "la température qu’il fait" et qualifie ces pratiques de "dégueulasses". L’homme, indigné de voir ça aujourd’hui en France, va même plus loin en chargeant violemment la police qui, pendant de sombres heures de l’histoire française, "foutait les gens dans les trains."

 

Daphné Bürki avait déjà, lundi 9 janvier, poussé un coup de gueule contre "ces ordres à la con" donnés aux policiers français. Elle rappelait que laisser les migrants sans couvertures dans les rues de Paris revenait tout bonnement à les condamner à l’hypothermie et donc à la mort.   

Par Camille Esnault

Réagissez à l'actu people