TV

C à Vous : un policier fait un croche-pied à un migrant, une enquête ouverte (Vidéo)

C à Vous : un policier fait un croche-pied à un migrant, une enquête ouverte (Vidéo)

Lundi 23 novembre, des migrants étaient brutalement évacués de la place de la République à Paris. Sur une des vidéos, on voit un policier faire un croche-pied à un migrant. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

Alors que l'examen de la controversée loi Sécurité globale est toujours en cours, les esprits s'échauffent. L'article 24 de cette loi prévoit en effet de sanctionner la diffusion de vidéos dans lesquelles on pourrait identifier un policier en train de travailler. Un article polémique qui a donné lieu à de multiples manifestations, notamment une devant l'Assemblée nationale la semaine dernière, le mardi 17 novembre. Les défendeurs de la liberté d'expression expliquent que cet article pourrait rendre difficile l'illustration de toute bavure policière.

"On voit des gens qui fuient la police"

Depuis quelques mois, la police est d'ailleurs au coeur de plusieurs affaires de violences. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a toujours défendu les policiers. Depuis mardi 24 novembre, il de nouveau sous les feux de la rampe après l'évacuation musclée d'un camp de migrants en plein coeur de Paris. Les faits se sont produits lundi 23 novembre dans la soirée. les policiers sont intervenus pour déloger des migrants installés dans des tentes. Une intervention musclée qui a été amplement filmée. Parmi le flots d'images, une vidéo n'est pas passée inaperçue. On y voit un policier fait un croche-pied à un migrant qui est en train de prendre la fuite.

Remy Ink est journaliste pour RMC. Il a filmé la scène et raconte ce qu'il s'est passé dans "C à Vous" ce mardi 24 novembre. "Une partie des migrants décide d'aller sur la place de l'Hôtel de Ville. On assiste à des scènes... On s'interroge. On voit des gens qui fuient la police"', explique le journaliste qui ajoute que les migrants n'ont à aucun moment eu des gestes violents envers la police. "C'est un geste totalement gratuit", commente Anne-Elisabeth Lemoine.

Une enquête a été ouverte pour violences.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people