TV

C à Vous : Touché par le coronavirus, un journaliste de L'Equipe raconte son calvaire (Vidéo)

C à Vous : Touché par le coronavirus, un journaliste de L'Equipe raconte son calvaire (Vidéo)

Vincent Duluc est journaliste sportif spécialisé dans le football. Il travaille pour "L'Equipe". Touché par le coronavirus, il a été hospitalisé et placé en réanimation. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

"Je pensais rentrer chez moi le soir. Je n'avais pas pris d'affaires", lance Vincent Duluc. Bien mal lui en a pris. Le journaliste du quotidien sportif "L'Equipe" passera trois semaines en réanimation. Comme des millions de personnes, il a attrapé le Covid-19 et il a eu très peur. Ce mardi 29 septembre, il était sur le plateau de "C à Vous" pour témoigner de son vécu.

Au début pourtant, quand il arrive à l'hôpital, il n'est pas inquiet. "J'avais de la fièvre depuis huit, neuf jours, mais rien d'autre", explique le journaliste. Ce qu'il raconte est encore plus fou que ce à quoi on pourrait penser. Lui croyait qu'il allait bien. "Je n'avais pas l'impression d'être mal." Pourtant, les médecins le font allonger et le mettent sous respirateur. Puis, tout dérape. "Au bout de quelques heures, j'étais déjà en détresse respiratoire", décrit ce passionné de football. 

Respirer est devenu une obsession

Respirer est alors devenu une obsession pour le journaliste. "Ils rajoutaient de l'oxygène au fur et à mesure." Lui n'a jamais été dans le coma. Il y a échappé... en dormant sur le ventre. Une position que les médecins l'ont obligé à respecter. Autour de lui, onze autres patients, tous plongés dans le coma. C'est le seul avec qui les infirmières peuvent parler. La mort de Pape Diouf lui "a mis un coup". "Je le connaissais très bien." L'ancien président de l'OM est décédé le 31 mars du coronavirus à l'âge de 68 ans. De quoi faire gamberger encore plus...

Finalement, Vincent Duluc s'en est sorti, mais il a perdu 20 kilos. Un témoignage qui fera sûrement réfléchir même les plus récalcitrants quant à al dangerosité de cette maladie.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people