TV

C à Vous : le message fort de la veuve de Cédric Chouviat à la police (vidéo)

C à Vous : le message fort de la veuve de Cédric Chouviat à la police (vidéo)

La femme de Cédric Chouviat, décédé deux jours après son arrestation, était invitée de « C à Vous » mardi 23 juin. Et elle a livré un message fort à la police.

Le 3 janvier dernier, Cédric Chouviat décède d’un malaise cardiaque, deux jours après son interpellation. Des vidéos ont permis de reconstituer le contrôle routier. Dans les conclusions dévoilées par Mediapart et Le Monde, à sept reprises durant 22 secondes, le livreur répète "J’étouffe" mais personne ne réagit. Victime d’un malaise cardiaque, il meurt deux jours plus tard. Mardi 23 juin, Sofia Chouviat la fille de la victime, a interpellé Emmanuel Macron pour demander justice pour son père. Invitée de "C à Vous" le même jour, Doria Chouviat la femme de Cédric Chouviat a livré un message fort.

Les conséquences sur sa famille

L’affaire fait écho au meurtre de George Floyd en mai dernier aux Etats-Unis qui a déclenché des émeutes et manifestations contre le racisme et les violences policières. Sur France 5 mardi 23 juin, Doria Chouviat a raconté les conséquences du décès de son mari sur sa famille. "Aujourd’hui on passe notre vie à être dans la mélancolie, à embrasser des écrans de téléphone, on est des zombies à la maison, il y a un malaise, l’air est irrespirable" débute la femme de la victime. Elle se confie ensuite sur les conséquences terribles de cette disparition sur son fils, "Mon fils il était normal, aujourd’hui il a des troubles psychologiques, il déteste tout le monde, il fout les gens à la maison à la porte". Doria Chouviat insiste ensuite sur le fait que cela peut arriver à d’autres et elle prend position.

Son message à la police

Après avoir affirmé que les policiers devaient "être suspendus", Doria Chouviat livre un message important : "Je sais très bien que (…) personne n’a de baguette magique, le problème est bien plus grand que ça. Là c’est l’occasion je vous le dis je me propose bénévolement si je peux aider d’une manière ou d’une autre, j’ai des idées, à ce que la police se sente mieux dans sa peau, à ce que les policiers soient moins les mal-aimés... On peut se mettre autour d’une table et chacun dit ce qu’il a à dire et je suis sûre que l’on va trouver des solutions. Mais pas la mauvaise foi, pas les mensonges".

Par Valentine V.

Réagissez à l'actu people