TV

C à Vous – Charlie Hebdo : Ingrid Brinsolaro, la veuve du garde du corps de Charb balance, "il y a une mise à l’écart" (Vidéo)

C à Vous – Charlie Hebdo : Ingrid Brinsolaro, la veuve du garde du corps de Charb balance, "il y a une mise à l’écart" (Vidéo)

Alors que cette semaine la France rend hommage aux victimes des attentats de janvier 2015, Ingrid Brinsolaro, la veuve du garde du corps de Charb, qui a été tué au cours de la tuerie de "Charlie Hebdo" a porté plainte contre X pour "homicide involontaire aggravé par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité". Et ce mercredi soir, elle était l’invitée d’Anne-Sophie Lapix dans "C à Vous". Elle a notamment reconnu avoir été mise de côté par le ministère de l’Intérieur. Une vidéo a retrouvé sur le site Non Stop Zapping.

Jeudi, cela fera un an que les frères Kouachi se sont introduits dans les locaux de "Charlie Hebdo" et ont tué onze personnes dont les dessinateurs Charb, Cabu ou encore Wolinski. Et pour fêter ce funeste anniversaire, François Hollande entouré de plusieurs membres du gouvernement se sont rendus devant les locaux du journal satirique pour y dévoiler une plaque commémorative avec les noms des personnes décédées. Et parmi ces noms se trouve celui de Franck Brinsolaro, le garde du corps de Charb. Et sa veuve, Ingrid Brinsolaro a décidé porter plainte contre X pour "homicide involontaire aggravé par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité". Elle reproche aux autorités d’avoir sous-estimée la menace qui pesait sur le dessinateur. Et ce mercredi soir dans "C à Vous", elle s’est expliquée sur sa démarche. "Mon but c’est d’avoir la vérité sur ce qu’il s’est passé ce jour-là. Mon but c’est de savoir véritablement si les moyens ont manqué (…) Mon objectif s’était pas de polémiquer, c’est juste de comprendre, c’est important pour nous, c’est important pour ma fille (…) Je crois qu’on nous le doit et on le doit à mon mari. Je veux que les personnes qui ont décidé de ça assument cette décision et s’expliquent et me l’expliquent (…) On n’a pas donné les moyens à mon mari de faire son boulot, de protéger Charb et je pense qu’il ne faut pas que ça se reproduise (…) Il est important que les choses soient dites".

"Je pense que mes questions dérangent"

Puis, Ingrid Brinsolaro, très émue, a déploré avoir été abandonnée par le ministère de l’Intérieur. "Au départ le service de mon mari était présent comme le ministère de l’Intérieur, nous étions entourés et très rapidement on a plus eu de contact puis on a plus été invités…enfin je n’ai plus été invitée, ni même informée des cérémonies qui se déroulaient en hommage à mon mari. J’ai sollicité Bernard Cazeneuve, nous avons déjeuné ensemble en mai et j’ai posé ces questions à nouveau et toujours pas de réponse. Et effectivement, j’ai aucun contact ni avec le SDLP, le service de Franck, ni avec le ministre de l’Intérieur", a-t-elle expliqué avant d’ajouter : "J’ai le sentiment qu’il y a quand même une mise à l’écart. Je pense que mes questions dérangent. Si on m’avait expliqué très clairement ce qu’il s’était passé, pourquoi ces choix, cela m’aurait suffi pour avancer (…) On ne peut pas nous laisser comme ça. C’est inacceptable".  

Réagissez à l'actu people