TV

C à vous : Carlos et Carole Ghosn reviennent pour la première fois sur leur situation (vidéo)

C à vous : Carlos et Carole Ghosn reviennent pour la première fois sur leur situation (vidéo)

Lundi 13 janvier, Carlos et Carole Ghosn se sont livrés dans "C à vous" pour la première fois depuis la fuite de l'ancien dirigeant de Renault-Nissan, accusé de fraude par la justice japonaise. Une séquence à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping.

C'est l'une des grandes affaires judiciaires de l'année 2019 : Carlos Ghosn, emblématique PDG du groupe Renault-Nissan, a été arrêté par les autorités japonaises suite à des soupçons de détournement de fonds et de fraude fiscale. Des accusations niées en bloc par le dirigeant du groupe automobile, qui a décidé d'employer les grands moyens pour fuir le pays : une exfiltration digne d'un film d'espionnage, en passant par la Turquie pour finalement se réfugier au Liban, son pays d'adoption qui ne fait pas d'extradition vers le Japon. Un scénario rocambolesque sur lequel il est revenu aux côtés de son épouse Carole (qui avait elle aussi fui les autorités japonaises en rentrant en France il y a quelques mois) dans une interview exclusive pour "C à vous". 

"Je ne peux pas dire que j’en suis fier, ni que j’en ai honte"

Anne-Elisabeth Lemoine est donc partie au Liban pour rencontrer le couple Ghosn, toujours traqué par les autorités japonaises. L'épouse de l'homme d'affaires a expliqué à quel point le mandat d'arrêt émis contre elle était difficile à vivre : "Pour mes enfants, pour mes parents, pour moi, c'est humiliant ce qu'ils ont fait, et c'est injuste parce que ce n'est pas vrai. Je pense qu'ils voulaient le punir avant sa conférence de presse" explique Carole Ghosn. "La première fois, il a annoncé une conférence de presse en avril, et ils l'ont arrêté après 24 heures. Cette fois, ils ne pouvaient pas l'arrêter, il n'est plus là-bas"ajoute-t-elle. Carlos Ghosn explique également que sa fuite a beaucoup fait parler au Japon : "Les japonais ont mis en place un jeu vidéo sur ma fuite (…) C’est quelque chose qui est passé dans l’humour, les réseaux sociaux…Les japonais ont mis en place un jeu vidéo sur ma fuite (…) C’est quelque chose qui est passé dans l’humour, les réseaux sociaux… Je ne peux pas dire que j’en suis fier, ni que j’en ai honte" explique l'ancien patron de Renault.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people