TV

C à vous : Bruno Le Maire s'insurge contre les soutiens au "Gilet jaune boxeur" (vidéo)

C à vous : Bruno Le Maire s'insurge contre les soutiens au "Gilet jaune boxeur" (vidéo)

Mardi 8 janvier, Bruno Le Maire était l'invité de "C à vous". Le ministre de l'Économie s'est insurgé contre ceux qui participent à la cagnotte de soutien à Christophe Dettinger, le Gilet jaune qui a frappé des CRS samedi dernier. Une séquence à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping.

Un peu à la manière d'un Alexandre Benalla, Christophe Dettinger est devenu malgré lui un sujet de débat national. Samedi dernier lors de l'Acte VIII du mouvement des Gilets jaunes, cet ancien boxeur professionnel a été filmé en train de frapper des CRS sur une passerelle au dessus de la Seine, rouant même de coups un membre des forces de l'ordre à terre. Depuis, les syndicats de police crient au scandale, l'État demande la plus extrême sévérité tandis que les Gilets jaunes défendent ce défenseur d'un jour. Pire : ce mardi matin, une cagnotte Litchee a cartonné sur la plateforme, recuillant plus de 100 000€ en soutien à Christophe Dettinger avant d'être clotûrée par les responsables de la plateforme. Une situation qui fait enrager Bruno Le Maire, invité de "C à vous". 

"Je ne comprends pas qu’on puisse mettre un seul centime d’euro pour la défense de cet homme"

Le ministre de l'Économie, qui venait parler des solutions pour sortir de cette crise socio-économique, a vivement critiqué ceux qui ont donné de l'argent pour la cagnotte : "Je ne comprends pas qu’on puisse mettre un seul centime d’euro pour la défense de cet homme" a-t-il déclaré. "Je pense qu'il a été sage à un moment donné de dire 'nous clôturons cette cagnotte'". Anne-Elisabeth Lemoine lui a fait remarquer que la cagnotte en elle-même n'avait pourtant rien d'illégal. "Litchee est parfaitement libre de prendre ses décisions, ils ont pris leur décision" a commenté Bruno Le Maire. "Il est temps qu'on accorde le respect et la considération à tous ceux qui incarnent l'autorité dans notre pays" a ajouté le ministre de l'Économie. La veille, c'est Benjamin Griveaux qui avait lui critiqué les Gilets jaunes qui s'en sont pris à son ministère à coups d'engin de chantier.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people