TV

C à vous : Anne-Laure Bonnet victime de sexisme, son témoignage choc (vidéo)

C à vous : Anne-Laure Bonnet victime de sexisme, son témoignage choc (vidéo)

Ce lundi 22 mars, Anne-Laure Bonnet était conviée sur le plateau de "C à vous" à la suite de la diffusion du documentaire choc de Marie Portolano. La journaliste sportive confie avoir été victime de sexisme et son témoignage est choquant.

À la suite du documentaire de Marie Portolano intitulé "Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste", les langues se délient. La journaliste sportive a interrogé de nombreuses femmes exerçant le même métier qu'elle et ces dernières ont fait part de témoignages choquants. Elles dénoncent pour la plupart le côté machiste du milieu sportif et évoquent même avoir été victimes de propos déplacés voire d'agressions sexuelles. Ce documentaire a fait grand bruit et un consultant sportif s'est retrouvé en pleine tourmente. Canal + a décidé de couper deux séquences au montage dans lesquelles Marie Portolano confronte Pierre Ménès au sujet de son comportement. Après avoir été au coeur de cette polémique, Pierre Ménès a brisé le silence et a fait part de ses regrets dans "Touche pas à mon poste". En même temps, Anne-Laure Bonnet, qui a participé au projet de Marie Portolano, était invitée sur le plateau de "C à Vous", et a partagé son expérience. Elle a reconnu avoir été victime de sexisme.

"non mais Anne-Laure, c'est normal, c'est pour rigoler"

Face à Anne-Elisabeth Lemoine, l'ancienne présentatrice de la chaîne Téléfoot a expliqué : "Moi, j'ai vécu un directeur de la rédaction qui a envoyé un texto à un de mes collègues pendant une émission, comme si on envoyait un texto à Patrick Cohen en disant : 'Tu vas passer un bon moment parce que t'as vu le décolleté d'Anne-Laure !" La présentatrice en a alors parlé à sa direction, sans préciser laquelle, qui a balayé le problème. "Pff, non mais Anne-Laure, c'est normal, c'est pour rigoler", aurait-elle répondu. Elle a également déclaré que cette situation s'était produite à de nombreuses reprises.

"Si tu ne maigris pas..."

"Mais ce n'est pas drôle en fait ! Parce qu'au bout d'un moment, ça arrive une fois, ça arrive deux fois, ça arrive trois fois, et vous savez que la personne qui est en charge de ce que vous êtes en train de faire, votre directeur de la rédaction, il vous voit comme la 'gonzesse'", a-t-elle déploré avant de poursuivre : "La gonzesse à qui on demande de mettre des décolletés, la gonzesse à qui on demande de maigrir. Ça m'est arrivé quand je travaillais sur TF1, sur la F1, on m'avait dit : 'Si tu ne maigris pas, on t'enlève de l'antenne'. Ok, d'accord, je parle cinq langues sinon, ce n'est pas utile sur la Formule 1 ! Ben non, il vaut mieux être un peu plus jolie, un peu plus souriante et un peu plus sympa avec la direction." L'affaire fait grand bruit et est loin d'être terminée. 

Par Solène Sab

Réagissez à l'actu people