TV

BTP : un jeune homme balance sur les violences policières

BTP  : un jeune homme balance sur les violences policières

Sur le plateau de "Balance ton poste", Cyril Hanouna a salué le témoignage d"un jeune lycéen sur les violences policières en banlieue.

"Comprenez-vous la haine anti-flics ?" C’est l’une des nombreuses questions qu’a posée Cyril Hanouna à ses chroniqueurs dans "Balance ton poste", ce jeudi 21 novembre. Comme à son habitude, l’animateur a donné la parole au public à l’instar d’ Ibrahima. Originaire de Mantes-la-Jolie, le jeune homme a fait de terribles révélations.Alors que baba l’interroge : "Est-ce que vous sentez une forme de racisme dans les banlieues lors des interpellations et lors des contrôles ?", sa réponse est sans appel. "Oui. C’est devenu banal à Mantes-la-Jolie, presque", commence-t-il par expliquer.  

 

"C’est-à-dire ? Donne-moi des exemples », tente de comprendre Cyril Hanouna. Le spectateur au t-shirt « Vérité et justice pour Abdoulaye Camara », énumère les nombreuses insultes proférées par les forces de l’ordre : "Sale noir. Bougnoule. Encore vous ?" "Vraiment ?", lui lance l’animateur choqué. "Le jour où je me suis fait interpeller pour les blocus, quand on m’a attrapé, ils m’ont dit : ‘encore ces noirs. Encore ces arabes’. Et on ne peut pas répondre. On ne peut rien faire". Le jeune homme va plus loin dans son témoignage : "Si on répond, c’est soit on se ramasse une claque, soit dans la fouille bah… On prend cher"."C’est inadmissible", s’indigne le présentateur. C’est avec calme et résilience, qu’Ibrahima reconnait : "En fait chez eux, on est rien. Ils ont tous les droits sur nous".


Un témoignage salué par Cyril Hanouna


Cyril Hanouna salue le courage du jeune homme : "Ce genre de témoignage, que tu fais ce soir, c’est important. Moi, je trouve que c’est très important (…). C’est ce genre de témoignage qui fait avancer les choses. Tu t’exprimes très bien. Tu es très calme. Tu as beaucoup d’émotions dans ton discours et on sent que tu es vrai". Karim Zeribi interpelle le lycéen. Fait-il la "part des choses" entre "ces policiers qui peuvent être racistes" et "les autres qui sont respectueux des règles, des codes de déontologie" ou est-ce " c’est toute la corporation policière qui ne va pas ?"


Là encore, la réponse du jeune ne se fait pas attendre : "Une pomme de terre pourrie dans un sac pourrit tout le sac". Le chroniqueur lui retourne son "proverbe". "Je fais la part des choses. Je n’ai pas dit que tous les policiers sont méchants. Je n’ai pas dit que tous les gens de banlieue sont respectueux de la loi", conclut-il sous les applaudissements du public.

Par C.F.

Réagissez à l'actu people